mercredi 21 septembre 2016

10 ans, ça change tout - GlenDronach

Aujourd'hui, on va un peu parler de la distillerie GlenDronach (oui, avec un "D" majuscule en plein milieu, comme BenRiach - il y a un lien, vous allez voir).

Pour faire bref, la distillerie a été fondée en 1826 (quand je disais qu'Arran était une jeune distillerie) par James Allardice (celui dont le nom figure sur chaque bouteille) près de Huntly (à l'extrême limite du Speyside, raison  pour laquelle certains le classent dans la catégorie des whiskys des Highlands).
Elle a fermé de 1996 à 2002.
C'est la dernière distillerie à avoir alimenté ses alambics au charbon bois avant l'obligation légale de passer à la vapeur (en 2005) suite à l'entrée en vigueur des nouvelles règles de santé et sécurité imposée en Ecosse.
Enfin, GlenDronach s'est faite fort de produire des singles malts vieillis en futs de sherry. C'est un peu la marque de fabrique de la distillerie qui sort fréquemment ce que l'on appele des "sherry monsters" ^^

Ah oui, le "D" majuscule en rapport avec BenRiach vient du fait que la distillerie a été racheté en 2008 par un groupe sud-africain propriétaire de BenRiach et a été "rebaptisée" à cette occasion.

Oui oui d'accord, c'est bien tout ça mais pourquoi "10 ans ça change tout" ?
Parce que voilà de quoi on va parler :

Glendronach Hielan - Allardice
The Hielan' - 8 ans et Allardice - 18 ans

Mais avant toute chose, parlons un peu (mais juste un peu sinon ça risque de devenir casse-couille)  "maturation" et "affinage" :
- la réglementation écossaise impose que le whisky (qui ne s'appelle pas encore comme ça à ce moment) vieillisse minimum 3 ans dans des futs de chêne sur le territoire écossais. Il pourra alors porter la dénomination de "Scotch Whisky".
Autre chose intéressante : c'est l'âge du whisky le plus jeune qui figure sur la bouteille. Donc un blend de whiskys de 12, 15, 20 et 25 ans d'âge aura une étiquette indiquant "12 ans d'âge" (ça change des rhums à tendance hispaniques non ?) ;
- la maturation interviendrait dans plus de 50% du profil aromatique du whisky (le reste étant dû à la distillation et à la fermentation). Le type de chêne, de fût, de chai, l'emplacement dans le chai (si si) et le temps jouent un rôle prépondérant à ce niveau ;
- généralement, les futs utilisés ont contenu du bourbon (arôme de vanille principalement) ou du xérès (du sherry pour nos amis british présentant des arômes vineux et fruités).
Ils ont généralement une contenance de 250 litres, 500 litres et 190 litres et sont poétiquement et respectivement appelés hogshead, butt et  barrel (il y en a beaucoup d'autres mais ceux-ci sont les plus utilisés).
Et fatalement, plus le fût est petit, plus il transmet ses arômes au whisky.
Après plusieurs vieillissement, les futs perdent une partie des arômes susdites et servent alors de futs de remplissage et leur impact aromatique est moindre ;
- l'affinage enfin est "tout simplement" une seconde maturation dans des futs ayant précédemment contenu un autre spiritueux ; bourbon, sherry, vin, madère, porto, futs dits "vierges" et n'ayant donc rien contenu précédemment, ...

C'est tordu tout ça dis donc !
De fait, mais avec le temps, on s'habitue. Et pour ne rien arranger, ne serait-ce que pour les futs de sherry (vin de Xérèz donc), on en trouve différentes sortes qui donnent donc des profils aromatiques variés :
- le Fino, vin sec à la robe brillante aux arômes de levure, amandes et pommes vertes ;
- le Manzanilla, vin sec très pâle aux arômes de camomille, amande et olive ;
- l'Amontillado, vin sec à la robe ambrée aux arômes de noisette, fruit sec et tabac ;
- le Palo Cortado, vin sec à la robe acajou  aux arômes de noix, orange, tabac et café ;
- l'Oloroso, vin sec à la robe acajou aux arômes de noix, amande grillée, raisin sec, figue et tabac ;
- le Pedro Ximenez, vin doux naturel à la robe ébène aux arômes de raisin sec, figue, prune, caramel et cassis.

Fin du petit tour d'horizon, place à la dégustation !

GlenDronach - The Hielan' (8 ans) :


The Hielan' (Highlands en écossais semble-t-il) donc.

Quand je me promène à Liège (dans le centre ville même, pas la région liégeoise au sens large), je ne sais pas comment c'est possible mais je finis généralement par arriver - par le plus grands des hasards bien évidemment - chez mon caviste préféré (un complot du Dieu Spiritueux sans doute ...).
Oui d'accord, c'est chez "Planète Whisky" pour les curieux.
Et donc, me voilà chez Planète Whisky, généralement toujours une semaine après la dégustation mensuelle (j'ai un timing parfait à ce niveau là ...), et Charles (un des deux patrons) me dit : "Faut que tu goute ça, c'est super pour un petit whisky de 8 ans ! Il est super agréable !"
Vu qu'il est souvent (toujours ?) de bon conseil, je teste et, oui, c'est vachement agréable.
Conclusion, je suis sorti avec une bouteille (et oui, je tutoie mon caviste. Que voulez-vous, c'est des choses qui arrivent).
Moralité : Quand moi en ville aller, moi pognon dans alcool dépenser ... (Copyright Yoda) ; heureusement qu'on a déménagé hein (pas assez loin dira mon épouse).

Question maturation : ben c'est assez flou en fait. On est sur des futs de bourbon et de sherry. Sans autre précision. Ah si, c'est du chêne (vous saviez déjà ?) ...

GlenDronach The Hielan'
L'objet du délit

C'est bien beau tout ça mais ça goûte quoi sinon ?

Il présente une couleur que l'on pourrait qualifier d'or "léger".

Au nez, on est directement (et pendant quelques instants) sur une note maltée très prononcée avant de se développer doucement mais sûrement sur des notes fruitées (mon nez ayant visiblement décidé de prendre congé ce jour là, on restera sur "notes fruitées" ...).

Vu le jeune âge du whisky, on pourrait craindre quelque chose d'assez "râpeux". Fort heureusement, ce n'est absolument pas le cas : la première impression donne dans la douceur (toujours le fruit donc) avec un aspect sucré assez étonnant avant d'évoluer sur des notes de pain d'épice et de céréales.

La finale n'est pas très longue mais est très agréable : plus sur les épices (comme souvent avec les futs de xérès) tout en restant relativement douce.

C'est la bouteille qui m'a fait apprécier le GlenDronach donc je ne suis pas le plus objectif pour en parler (en même temps, c'est un blog avec des notes de dégustations et, par principe, le ressenti de chacun est différent et dès lors purement subjectif ...) mais il s'agit pour moi d'un chouette petit whisky, pas cher, pas trop marqué par l'influence du fût de sherry et qui trouve parfaitement sa place en entrée de gamme de la distillerie.

Après on reste sur du 8 ans d'âge hein, faut pas non plus s'attendre à un truc super complexe dont vous reparlerez encore dans vingt ans.

Et donc, avec 10 ans de plus, ça donne quoi ?
Et bien, ça donne ça :

GlenDronach - Allardice (18 ans) :


Pour une fois, pas de longue présentation (oui, ça change) : je ne l'ai pas cherché, je ne l'ai pas découvert par hasard au coin d'une dégustation, il ne m'a pas été conseillé, ...
Rien de tout ça, il m'a tout simplement été offert pour mon anniversaire ! :-) Oui, moi j'ai des amis comme ça, plein de bons goûts et de bonnes idées. Des gens supers en somme (et en plus ils envisagent de participer à l'écriture du blog, quand je dis que c'est des gens bien !).

C'est  écrit en gros dessus mais il est toujours bon de le rappeler : maturation exclusive en fût de xérès Oloroso. Ca annonce donc du lourd.
Qui a dit "Sherry Monster" ?
Vous noterez la subtil mention "spanish oloroso sherry oak"  au cas où la mention sherry ne serait pas assez claire quant à la provenance du fût ^^

GlenDronach - Allardice
La bête qui suinte le sherry

Déjà, rien que la photo elle donne envie alors en vrai, qu'est-ce que ça doit être bien ...

La photo est - je trouve - trompeuse : on est plutôt face à un whisky présentant une robe "fauve" (comme un bon Porto "Tawny") que sur de l'acajou.

Au nez, et bien, c'est un fût de sherry ! Celui qui ne s'en rend pas compte, soit il n'a jamais bu de whisky (ou d'autres spiritueux) ayant séjourné dans ce type de fût, soit il est enrhumé ^^
Personnellement, j'y ai trouvé de gros marqueurs de fruits rouges (griottes) et "noirs" (cassis), le tout accompagné d'une note de tabac (de tabac, j'ai dit, pas de tourbe !).
C'est super agréable et ça donne envie de se plonger encore plus dans la dégustation du produit.

En bouche, c'est légèrement acidulé et très (mais très très hein) fruité avec quelques notes de fruits secs (noix) sur la fin.
Après un peu de repos, la bête se fait un peu plus douce (avec des notes sucrées) mais aussi de Rancio.
C'est toujours aussi chouette que le nez en fait.

La finale quant à elle est, comme souvent avec ce type de fût, plus épicée mais également fumée (et, encore une fois, pas tourbée).
Alors oui, ce n'est pas les mêmes futs (et ce n'est vraisemblablement pas le même type de sherry qui a servi au deux finitions), ils n'ont pas le même âge et pas le même prix mais on peut dire que - comparativement parlant - il y en a un qui en est toujours au stade de l'enfance et l'autre qui a atteint l'âge de maturité.

Cet Allardice est un superbe produit qui, sans dénigrer les qualités de son petit frère, enterre le Hielan' d'une manière assez spectaculaire.
En même temps, il n'allait pas nous sortir un truc tout pourri avec le nom du fondateur de la distillerie dessus ; ça l'aurait fait moyen-moyen ...
Après, il faut aimer le sherry mais bon, c'est écrit en gros sur la boîte donc à moins de le faire exprès, il est difficile de se tromper.

Ceci conclut donc notre petite virée du côté de chez GlenDronach.
Il va maintenant falloir re-goûter le 15 ans (Revival) et mettre la main sur le 21 ans (Parliament) qui sont - parait-il - de supers produits.


Rhum n' Whisky


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire