mercredi 7 septembre 2016

The Taïwan Connection - Kavalan Solist ex Bourbon Cask

Parce que rester en Ecosse, c'est banal, on va aller faire un petit tour du côté Yi-Lan  à Taïwan et plus particulièrement du côté de la distillerie Yuan-Shan (également connue sous le nom de King Car Company).

Ici la petite partie histoire généralement très courte le sera encore plus vu que la distillerie est sortie de terre en 2005 (!) mais produit déjà des whiskys assez extraordinaires.
Jim Swan, consultant international pour la distillation (quel beau métier dis), déjà à l'origine de Penderyn (Pays de Galles) et de Kilchoman (Ecosse), a apporté son aide à la mise en place de la distillerie.
La distillerie lance sa gamme "Solist" (bruts de fût) dès 2009 et commence à récolter des médailles dans toute une flopée de concours dès 2010.
2015 fut une toute grande année pour Kavalan (qui signifierait "les gens des plaines") qui vit son "master blender" être élu distillateur de l'année et son whisky Solist Vinho Barrique meilleur whisky du monde (rien que ça :p). Et cette année, il semblerait que ça soit au tour du Solist Amontillado (sherry).

Mais, comment, en dix ans ont-ils réussi à produire des produits aussi délicieux, si pas meilleurs que des vieux écossais de 18 ans ?
Tout simplement parce que le lieu de vieillissement est complètement différent : comparez la température et le taux d'humidité en Ecosse et à Taïwan et vous comprendrez que les conditions de vieillissement sont également totalement différentes.
Tout comme pour le rhum vieilli sous les tropiques, la part des anges (la quantité de liquide qui s'évapore du fût) est bien plus importantes ici.
Pour un rhum vieilli en Martinique, la part des anges varierait de 6 à 8% par an tandis que pour un whisky vieilli en Ecosse on tournerait autour de 1 ou 2% maximum par an.
Ne disposant pas d'informations concernant Taïwan, on peut toutefois légitimement supposer - au vu du climat - qu'on se rapproche plus des 6 à 8% que des 1 à 2%.
Alors non, 5 ans à Taïwan ne correspond pas à 18 ans en Ecosse : 5 ans de vieillissement c'est 5 ans et 18 c'est 18. Point barre.
Il est toutefois vrai que la part des anges est totalement différente et qu'en fonction du climat certaines réactions se produisent ou non (ou plus ou moins vite) et donc tout ça modifie fondamentalement les arômes du produit.
Ce qu'on boit n'a donc mis que quelques années pour arriver à maturité mais n'est pas vieux pour autant. Et cela n'enlève rien à ses qualités (l'idée older is better est ici complètement retournée).
Toutefois, essayer de gouter un whisky Taïwanais de 18 ans (pour autant qu'il en existe un jour) qui n'a pas fait l'objet d'un ouillage risque - à mon avis - d'être assez surprenant dans le mauvais sens du terme (on risque de se retrouver face à un "jus de bois" ; après je me trompe peut-être et je l'espère mais je suis sceptique).
Et, oui, au Japon, on fait des 18 ans et même plus mais là non plus le climat n'est pas le même.

Maintenant un problème concernant ce whisky : outre le fait qu'il soit bon (si, c'est un problème parce que du coup, on veut tout goûter...), il est asiatique et depuis quelques années, c'est la folie furieuse sur ce type de produits (comparativement parlant, c'est comme pour les rhums de chez Velier) et donc disponibilité réduite pour les versions les plus prestigieuses et augmentation des prix (comptez +/- 200 euros pour un Solist Vinho Barrique :'-( ).
Par contre ils sont en train de nous sortir une flopée d'itérations dans la gamme Solist : encore plus de bonnes (vraisemblablement) choses à goûter : ex Bourbon, Sherry (Oloroso), Fino Sherry, Vinho Barrique, Brandy, Amontillado Sherry, Manzanilla Sherry, Pedro Ximenez Sherry, Moscatel Sherry et Porto.
Avec un peu de chances, il y en a quelques unes qui arriveront jusque chez nous !!
Quand je vous disais que ça en faisait des choses ... si on compte un budget de 120 à 200€/bouteille ça chiffre quand même pour avoir toute la série .
Ne disposant malheureusement que d'une seule bouteille (budget, disponibilité (surtout), tout ça tout ça), nous allons nous concentrer sur celle-ci :

whisky Kavalan SOlist ex Bourbon Cask

Voici dons les notes de dégustation pour cette version Solist ex Bourbon Cask (brut de fût (57,8°) et non filtré à froid) :

Le whisky présente une belle couleur que l'on pourrait qualifier d'"or léger"

Au nez, et bien, c'est un brut de fût donc si vous vous jetez de suite dessus, vous allez prendre directement tout l'alcool en pleine face. C'est peu conseillé car peu agréable.
Initialement, on lui a trouvé - après l'avoir apprivoisé - une douce odeur d'amande. Alors, soit depuis l'ouverture de la bouteille il a évolué (mouais ...), soit notre nez a évolué (c'est déjà plus probable) et nous a amené vers des notes fruités et épicées mêlées à la vanille.

En bouche, on reste sur le fruit avec un retour du malt. Etrangement, il donne l'impression (mais ce n'est pas le cas, rassurez-vous) de "pétiller" (je n'ai pas trouver de mot se rapprochant plus de cette sensation, désolé) en bouche. Est-ce dû au degré d'embouteillage ? Possible.

La finale fait place à un retour de la vanille (dû au fût utilisé) et aux fruits à coques (noisettes, ...) ainsi qu'à une légère note épicé.
La chaleur qui se dégage de notre gorge après avoir bu une gorgée vous réchauffe et est très agréable.

Si seulement j'avais l'occasion d'avoir une bouteille de chaque embouteillage Solist (quand j'ai acheté celle-ci, il n'y en avait que trois différentes ...), je serais "maltement" comblé (oui, parfois j'invente des mots ^^).


Bonus : Souvenir du Whisky-Live Belgique 2016

L'avantage d'un tel salon est que l'on peut goûter pas mal de choses (trop diront certains) que l'on ne trouve pas nécessairement ailleurs et que l'on a l'opportunité de rencontrer des gens super sympa qui sont là pour faire partager leur passion (mention spécial à la petite dame de chez Compass Box) ... ou pas. C'était en effet le cas de l'exposant de chez Kavalan qui semblait être là uniquement pour faire rentrer du pognon dans sa caisse avec son air supérieur désagréable.
Pourquoi s'y attarder me direz-vous ? Simplement parce que les produits sont délicieux (je n'ai pas assez insisté là dessus ?) et que l'occasion m'était donnée de tester le fameux Vinho Barrique.

Alors mes souvenirs remontent à assez loin (plus de six mois quand même) et vu que je m'étais fait un programme de marathonien au niveau des trucs à découvrir (ou approfondir), celui-ci devait bien être le 32ème ou 33ème whisky dégusté sur l'après-midi.
J'en entends déjà marmonner, "après tant d'alcool ingurgité il n'a plus rien goûter, son palais était anesthésié" (faux, promis) ou "au soir il a sûrement tout dégueulé" (heu, ... vrai mais j'ai des circonstances atténuantes, après 36 whiskys, on m'a tendu une embuscade dans la partie gin du salon - où initialement, je ne souhaitais pas aller - et là, ben après plus de 13 gins tonic (oui, j'ai perdu le compte, désolé et on avait sympathisé avec l'exposant de chez Hendrick's), c'est parti en cacahuète...)
Tout ça pour vous dire qu'après avoir eu l'opportunité de découvrir tout un tas de choses (Dalmore King Alexander III entre autre), j'ai pu - enfin - déguster ce Vinho Barrique qui restera mon coup de cœur du salon.

De mémoire la couleur semblait assez foncé mais la lumière au salon n'aide pas (le site de la distillerie la présente comme une couleur "or automnale profonde")
Au nez (de mémoire toujours donc) on était sur de profondes notes vineuses et fruitées.
La bouche vous emmène toujours sur ce profil vineux avec des notes de pruneaux et de cassis.
La finale se révèle légèrement plus épicée mais en conservant sa ligne directrice.
L'appellation n'est donc pas volée, les arômes de fût de vin sont on ne peut plus présents tout au long de la dégustation.
Une véritable tuerie. Et, oui, je suis prêt à mettre 200 euros pour me l'offrir celle-là.
Faut juste arriver à la trouver ...

Pour le plaisir des yeux, une photo de la bête (issue du site même de la distillerie) :
Kavalan Solist Vinho Barrique
Je trouve la couleur de l'étiquette sympa ^^

Rhum n' Whisky

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire