jeudi 15 juin 2017

Escapade italienne - deuxième étape

Maintenant que l'on en sait un peu plus sur Villa de Varda, il est temps de découvrir la suite des produits garnissant le coffret découverte !


Oui, parfois mes introductions sont brèves, que voulez-vous ...

Grappa Pinot Nerot Riserva :

Comme son nom l'indique il s'agit d'un produit 100% Pinot noir, vieilli en fûts français d'essences diverses pour une période "très longue" (ça a le mérite d'être flou ^^) nous dit la version italienne du site.
Grappa Pinot Nerot Riserva
Comme une impression de déjà vu ...
Et donc, c'est bon ?

La robe est jaune dorée (j'ai déjà vu ça quelque part ...).

Le premier nez paraît assez alcooleux. Quelques touches de vanille (ah, le fût) et un peu de fruits rouges (cuits ?) se partagent avec des notes torréfiées et une impression d'être en présence de céréales.
Je l'admets, je suis perdu ! :s

Ici, je rétro-olfacte (et j'en profite pour inventer un verbe) d'abord parce que je suis paumé : il y a des fruits rouges, c'est déjà plus clair (et plus agréable aussi) mais il y a surtout du cacao (oui !) et encore ces notes torréfiées.

En bouche, c'est complètement différent des trois premiers produits dégustés (et c'est tant mieux) mais dans la lignée des notes perçues jusqu'à présent : café, fruits secs, cacao mais aussi un bouquet fruité (toujours sur les fruits rouges) et épicé.
A nouveau une très légère impression alcooleuse se fait sentir (juste pour dire quoi).
Et histoire d'enfoncer le clou dans le style produit "hors norme" : des notes de pain d'épice font leur apparition, c'est-à-dire douceur miellée et peps épicé sur la cannelle, la muscade et une légère touche de gingembre.

La finale est relativement longue sur ces notes agréables de cacao fruité (vous pouvez prendre un air étonné, c'est l'impression que ça m'a fait) et une certaine douceur.

Le verre vide restera sur ces notes torréfiées et fruitées.

Encore un beau produit mais je l'aime peut-être un peu moins que les autres (après j'ai recommencé ma dégustation par celui-ci, faut bien que les papilles s'habituent).

Grappa Triè :

Ah, un "blend" ! ;-)
Triè donc ... oui, trois types de raisins : Teroldego, Pinot Blanc et Müller Thurgau (croisement entre le Riesling et le Sylvaner ^^ oui, c'est écrit dans la brochure, j'avoue), vieilli "longtemps" (pas de détails) en fûts de chêne français.
Grappa Triè
Celle-là, j'en connais qui l'ont en vrai (et pas en modèle réduit comme moi ^^).
Ici aussi on part sur un jaune doré agréable à l'œil.

Pour le reste, et bien c'est relativement homogène et je dois bien reconnaître que c'est assez agréable. D'ailleurs ça faisait partie des cadeaux de fête des pères de mon papa qui a vachement apprécié :-D

Le nez est tout de suite beaucoup plus fruité (durant un instant, il m'a semblé présenter quelques relents jamaïcains assez sympas avant de partir sur quelque chose de plus massepain ... oui, je sais ...) mais pas sur les fruits rouges. On part dans une direction complètement opposée : fruits blancs et jaunes, quelques agrumes (de l'orange surtout).
On y trouve aussi quelques notes florales, relativement douces et principalement sur la fleur de sureau (si, si, c'est typique comme odeur).
Beaucoup mieux que le précédent !

La rétro-olfaction fera ressortir les mêmes arômes mais avec plus d'intensité (et avec une impression plus alcooleuse).

La bouche est douce (dans le sens "sucrée") et, accrochez-vous, "crémeuse" (au fur et à mesure de la dégustation, ça tapisse la bouche) sur les notes florales et fruitées (orange, fruits blancs, raisins, prunes (?)) avec quelques notes épicées très agréables.
Très, très bien !

La finale m'a semblée plus courte mais elle apporte une léger coup de chaleur en "début de finale" assez agréable avant de repartir sur ces notes fruitées et florales qui nous auront guidé tout du long.
Enfin, y relèverait-on une très légère amertume cacaotée ?

Clairement, j'ai été conquis !


Grappa Müller Thurgau Riserva :

Le dernier de la soirée, un produit 100% Müller Thurgau, vieilli en fûts français de diverses essences (encore) pour une "longue" période.
Grappa Müller Thurgau Riserva
Sinon, vous avez remarqué que l'étiquette fait "montagne" ?
La couleur est ... oui ! Jaune doré :-) (c'est constant, comme le design des bouteilles).

Le nez m'a - initialement - paru assez semblable au précédent mais en fait non : il est plus sur les fruits exotiques (ananas), la vanille et les fruits jaunes biens juteux.
Enfin, une odeur que je cherchais à définir mais que je n'arrivais pas à identifier : la cerise au marasquin ! What the fuck ?!? comme dirait l'autre ... Mais je vous promets, c'est vraiment ça (et avec une note de dégustation sous la main c'est encore plus flagrant :p).

La bouche est plus intense que sur le produit précédent : des sensations florales, fruitées et douces laissent place à quelque chose de plus profond et "sombre" (c'est poétique hein ^^) : torréfaction, notes toastées, cacao, fruits secs.
Je n'ai pas grand chose à dire de plus mais est-ce nécessaire quand c'est bien fait ?

En rétro-olfaction, on reste sur des notes fruitées enrobées d'une douceur miellée.

La finale est plus longue que celle du Triè, sur les notes perçues en bouche. Une légère amertume empêche que l'ensemble ne soit écœurant.
Les agrumes arrivent en toute fin.

Bon, ben voilà, encore un beau produit.

Fin de la dégustation numéro deux (certes plus courte que la première mais on s'est juste penché sur les produits. Pour les anecdotes et la maison, voyez l'article précédent ;-) ).

Rendez-vous d'ici peu pour la dernière étape de notre périple !


Rhum n' Whisky

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire