mercredi 28 mars 2018

Savanna côté Lontan (3/4)

Savanna - logo
Agricole, c’est fait, mélasse, aussi.

Ça y est, on arrive enfin à ces produits particuliers que sont les rhums « Grand Arôme » !
Et gustativement, ça raconte quoi ?
 

Savanna Lontan – Rhum Grand Arôme Vieux – 7 ans :

Là, on va changer de registre mais les infos sont toujours aussi précises : millésime 2003, mis en fût (de cognac) en octobre 2003 et embouteillé en février 2011 à 46°.
Savanna Lontan – Rhum Grand Arôme Vieux – 7 ans
Est-ce que j'ose le jeu de mot foireux avec "lontan" ? ...
La robe est orangée à reflets cuivrés.
 
Le nez, ben il est intense dis donc : c'est alcooleux à tendance colle et solvant mais ces notes semblent toutefois plus « renfermées » que sur un gros jamaïcain « puant » ^^
On y trouve aussi de l'olive et un léger côté viande fumée (oui, je sais, moi aussi ça m'a perturbé mais c'est ce qui – pour moi – s'en rapprochait le plus).
Des notes plus douces et un peu sucrées sont là mais bien cachées ; le fruité arrivera quant à lui par la suite (pour le côté fruité, c'est assez difficile à décrire : on part un peu dans tous les sens. Du fruit rouge – un peu – aux fruits exotiques avec, entre autres, un peu d'ananas).
Un petit aspect boisé et quelques notes florales sont aussi de la partie.
C'est assez « lourd » comme truc en fait.
 
En bouche, c'est particulier.
Vraiment, c'est assez inattendu : on a un côté colle un peu fermé avec un léger retour du solvant mais aussi un côté légumineux terreux.
Un boisé humide ramène un peu d'amertume mais on trouve aussi des notes légèrement sucrées avec un aspect caramélisé et des notes de fruits bien murs.
On y trouve enfin un léger côté fumé.
Niveau texture c'est un peu huileux.
 
Niveau rétro-olfaction, c'est plus sucré (toujours ces fruits très mûrs) mais aussi plus épicé et on a toujours droit à cette amertume particulière, limite terreuse.
 
La finale est logiquement assez longue, sur ces arômes perturbant avec quelques notes fruitées sucrées qui viennent équilibrer le tout mais qui sont vite suivies d'une légère amertume.
Les agrumes reviennent en force à la fin.
 
Ah ben c'est bizarre, y a pas à dire. Je comprends pourquoi « grand arôme » maintenant.
Après, au plus que tu le goûtes, au mieux que ça te goûte ! oO'
 

Savanna Lontan – Rhum Grand Arôme Vieux – 8 ans :

Millésime 2003, mis en fût de cognac (on ne change pas une équipe qui gagne) en octobre 2003 et embouteillé à 46° (c'est constant ça aussi) en novembre 2011.
 
J'annonce déjà la couleur : c'est une tuerie ce truc !!
Savanna Lontan – Rhum Grand Arôme Vieux – 8 ans
... Non, ça serait trop facile, et je n'ai pas envie que vous restiez trop lontan là-dessus ... (ah, ben trop tard, j'ai craqué ...)
La robe est cuivrée à reflets orangés.
 
Au nez, l'alcool m'a paru beaucoup mieux intégré, beaucoup plus fermé aussi.
On repère directement des notes florales ainsi que de fines épices.
Par la suite, on repartira sur le côté plus « lourd », plus terreux relevé sur le 7 ans ainsi que sur des notes plus acidulées et laiteuses (non, ce n'est pas du mezcal, promis).
Les notes fermées mais présentes de colle et de solvant ressentie sur la version plus jeune réapparaissent ici aussi mais de manière plus contenue et mieux maîtrisée.
Les fruits exotiques sont on ne peut plus agréables tout en restant en retrait et amènent avec subtilité un petit côté plus sucré au produit.
Enfin, on notera la présence d'arômes pâtissiers : ce truc est beurré à souhait !
C'est hyper complexe mais c'est aussi très subtil, très « posé » et super agréable !
 
La bouche est assez douce (vanillée et caramélisée toastée) mais aussi très intense (colle et solvant ainsi que quelques notes terreuses ; j'ai lu « artichauts » à plusieurs reprises. Ça ne m'a pas perturbé plus que ça mais pourquoi pas.) avec un retour des fruits exotiques bien mûrs. Et peut-être une légère impression de sentir quelques fruits secs.
Celui-ci aussi présente une texture limite huileuse (tout comme le précédent).
Le tout est hyper bien fondu et – à nouveau – super agréable.
 
À la rétro-olfaction, il est beaucoup plus fruité (on est en plein sur l'exotisme et les agrumes légers).
Il est également plus épicé et nous offre un peu de réglisse mais va surtout être très aromatiques avec un côté aromates (ben oui, que voulez-vous) très prononcé.
 
La finale va démarrer sur ce côté fruité (agrumes en tête) avant de revenir vers un peu plus d'amertume.
C'est très, très long.
On part ensuite sur un côté plus végétal même si l'ensemble reste assez doux.
Les agrumes vont ensuite venir se rappeler à notre bon souvenir (oui, c'est un peu une finale « citron-boomerang » : on commence et on termine par ça) avec une pointe de réglisse.
Enfin, de légères notes salines arrivent sur la toute fin.
 
C'est génial ! Un tout gros coup de cœur (du niveau du Créol 6 ans finish calva, c'est dire).
Top, top, top !
 
Les prochains produits étant clairement hors concours, du coup, niveau grand arôme, ben le 8 ans surclasse le 7 ans sans forcer.
 
 
Rhum n’Whisky

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire