mercredi 4 avril 2018

"Boxe thaï"

La magie des quinzaines du BRC c’est que parfois je gagne (beaucoup moins maintenant qu’il y a un système de roulette vu qu’aux jeux de hasard je n’ai jamais eu beaucoup de chance mais j’espère faire changer cet état de fait) et que je peux proposer des sujets parfois tordus ^^
 
Du coup, je ne me prive pas :p
 
Et, toujours dans une optique d’ouverture de samples squattant ma cave, on va aller – en deux étapes – faire un petit tour en Asie.
Oui le continent du Don Papa. Mais pas que. Loin de là !
 
Du coup, aujourd'hui, vous aurez droit à un bref retour sur deux produits thaïlandais (dont un qui a déjà fait l'objet d'un article dédié).
 

Chalong Bay :

Tout comme Issan dont on a déjà parlé, Chalong Bay a été fondé par des français installés à Phuket.
Vu que la région ne s'y prête pas, on ne peut pas qualifier leur production de rhum agricole mais il s'agit bien d'un pur jus qui en a tous les marqueurs (si ce n'est qu'il n'est pas produit au bon endroit).
 
 
Chalong Bay - bouteille Chalong Bay - sample
Oui, généralement, pour les blancs, je ne mets pas de photo de mes samples mais, celui-ci, vous admettrez qu'il est sympa :-)
 
Niveau couleur ben, c'est un blanc donc pas grand chose hein …
 
Au nez, c'est très canne. C'est carrément canne en fait !
On y retrouve aussi des notes herbacées et légèrement épicées (poivre principalement ainsi que quelques notes salines toutefois assez brèves).
On perçoit également un peu de douceur (traduire : il n'y a pas que de la canne. On y retrouve un peu de fruits blancs).
C'est frais et épicé. C'est extrêmement agréable, avec une douceur sous-jacente.
 
En bouche, c'est beaucoup plus végétal, limite terreux au premier abord.
On reste bien évidemment sur la canne, les épices (poivre mais pas que) avec – toujours – cette sucrosité (sur la canne) perçue au nez.
 
Pour la rétro-olfaction, on part sur quelque chose de végétal (la canne, le côté sucré en moins), terreux et hyper épicé.
 
La finale restera très épicée et mentholée avec un côté plus terreux (ah, ça revient) en arrière-plan. On conservera quand même ces douces notes de canne.
Enfin, un petit côté salin revient à la toute fin.
 
Ben c'est loin d'être désagréable dites donc ! C'est assez rafraîchissant comme produit.
Et j'ai déjà goûté des « vrais » agricoles bien plus dégueulasses.
Très franchement, plus j'avance dans la dégust' et plus ça me plait !
 

Issan :

Après le retour assez bref du produit dégusté lors du salon du rhum (mais si, allez cliquer sur le lien repris plus haut), faisons un  peu plus longuement le point sur ce produit.
Je précise d'ores et déjà que je ne sais pas de quel batch il s'agit --'
Issan
Du coup, vous comprendrez que la photo du sample est moins sympa :p
Pour la couleur, c'est pas compliqué : que dalle !
 
Au nez, comparé au Chalong Bay, il y a déjà plus de choses qui se passent : c'est doux, toujours très fruité et floral (comme dans mes souvenirs), voire  légèrement acidulé (ça par contre, je ne l'avais pas relevé à Spa).
On est aussi – rassurez-vous – bien sur la canne.
C'est hyper frais et très agréable.
 
En bouche, ça passe toujours aussi facilement (ok, le voltage aide aussi mais bon) : c'est doux avec une belle présence de la canne, de fines épices subtiles et un « beau » côté végétal.
Dit comme ça, c'est simple. Mais c'est super efficace.
J'aime toujours autant !
 
A la rétro-olfaction, on démarre de suite sur la canne suivie de près par des notes plus végétales et épicées avec un léger côté mentholé ainsi que quelques notes terreuses (c'est toutefois moins intense que sur le Chalong Bay).
 
La finale est sur la canne. En plein. Et elle présente une belle sucrosité.
Ca m'a paru moins fruité que dans mes souvenirs (même si les fruits reviennent à la toute fin) mais plutôt sur un côté plus herbacé.
Quelques notes épicées (poivre et légères touches salées) amènent un peu de peps à l'ensemble.
Un peu différent de mes souvenirs mais toujours aussi bien !
 
Conclusion ?
Ben, difficile à dire. Pour moi, il s'agit de deux produits qui ne sont pas vraiment comparables : le premier dégage un peps certain et est tout en fraîcheur ; le second quant à lui est plus en retenue mais en livre – au final – tout autant dans un registre différent.
 
 
Rhum n’ Whisky

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire