jeudi 24 mai 2018

Présélection du line-up de la Master-Class Kill Devil du BWSF - phase 2 : Enmore

Kill Devil - logo
 
Après un petit passage chez Uitvlugt, on reste au Guyana pour nous pencher sur deux Enmore d’un âge respectable :

 

Kill Devil – Guyana – Enmore Distillery – 24 ans (février 1992 – août 2016) – 46 % :

 
Kill Devil – Guyana – Enmore Distillery – 24 ans (février 1992 – août 2016) – 46 % Kill Devil – Guyana – Enmore Distillery – 24 ans (février 1992 – août 2016) – 46 %
Ké belle photo hein oui ^^ (je parle du verre, la bouteille, c'est toujours la même ...) 

La robe est orange cuivrée à reflets or orangés et présente un beau disque verdâtre sur le dessus.
Y a pas à dire, c'est beau.
 
Au nez, c'est gourmand dites donc ... et pas très Enmore --'
Je m'explique : on a des notes typées sucre/mélasse du Guyana mais avec des notes de fruits bien confits, des touches un peu Jam' mais pas trop ainsi qu'un peu d'encaustique (des notes de bois ancien ciré si vous préférez) et de fines épices.
Par après, arriveront les fruits secs, les notes torréfiées, une légère touche fumée sous-jacente et malgré tout, ça va rester très gourmand avec un côté fruité caramélisé (sur la banane) derrière tout ça.
On relèvera également un aspect plus frais sur de fines notes mentholées.
C'est finalement plus intéressant qu'il n'y parait et c'est hyper agréable.
À noter que des notes plus douces arriveront également par la suite (vanille?).
Sur la longueur, les notes torréfiées/toastées vont clairement prendre le dessus (toujours avec ce petit côté solvant/encaustique).
 
La bouche est d'emblée plus végétale, plus herbacée, ... plus amère surtout.
C'est toujours assez rond mais c'est bien plus végétal qu'au nez (je me répète, je sais) : on va garder ce côté fruité caramélisé mais ça passe clairement au second plan. On repère également quelques notes de bois ancien.
Les épices se font plus intenses mais restent toutefois assez fines (c'est paradoxal, je sais. En fait, je veux dire par là qu'on n'est pas face à un gros poivre qui tache mais je n'ai pas réussi à distinguer de quelles épices il s'agissait).
C'est malheureusement un cran en dessous du nez.
A noter que des notes salines qui se développeront d'abord en finale finiront par faire leur apparition ici aussi.
 
La rétro-olfaction nous offre un aspect bien plus épicé (tant sur le poivre que sur des notes salines à tendance saumure). Ce côté épicé sera accompagné de notes légèrement boisées, de touches plus amères mais également d'un fin solvant ainsi qu'un côté plus toasté-fruité.
 
La finale est moyenne et présente un aspect plus toasté et épicé avant que le fruit exotique caramélisé ne fasse son retour.
On reviendra également sur ce côté solvant/encaustique initialement relevé, tout comme sur les notes toastées/torréfiées du début de dégustation.
L'amertume donnera l'impression de terminer tout ça avant que des notes salines ne se manifestent à la toute fin de dégustation.
 
Bon. C'est beau à regarder (non mais vraiment hein), c'est hyper agréable à sentir mais c'est malheureusement assez plat en bouche et le produit aurait mérité un peu plus de watts.
Dommage, c'était prometteur.
Après, vu le prix, j'en attendais également beaucoup hein.
 

Kill Devil – Guyana – Enmore Distillery – 25 ans (octobre 1990 – 2016) – 46 % :

Kill Devil – Guyana – Enmore Distillery – 25 ans (octobre 1990 – 2016) – 46 %Kill Devil – Guyana – Enmore Distillery – 25 ans (octobre 1990 – 2016) – 46 %
Oui, l'autre était plus "vendeur", je trouve aussi
 
Au visuel, celui-ci fait de suite moins rêver : sa robe est d'une couleur or léger. Ou paille intense, c'est selon.
 
Le nez est beaucoup plus « caramélisé » que le précédent, finement épicé et présente des notes de fruits exotiques.
C'est cependant assez surprenant vu qu'il part sur des notes plus pâtissières avec un côté beurré assez déstabilisant. Et ça, plus les notes caramélisés, ça donne déjà l'impression – rien qu'au ez – de faire face à un produit assez gras.
Et, comme souvent, quand je repère des notes pâtissières, le côté plus floral n'est jamais bien loin. C'est – à nouveau – le cas ici tout en restant assez subtil (on part sur des fines notes de fleurs de sureau).
Le 24 ans me faisait plus rêver.
Les épices vont se développer un peu plus et on va retomber sur des notes plus herbacées ainsi que sur un boisé qui va lui aussi se développer avec un peu de réglisse.
On n'aura malheureusement jamais ce petit kick rafraîchissant qui pourrait relancer le truc. Ca restera assez lourd.
On en viendra même à relever de fines notes torréfiées et, moins cool ça, camphrées.
 
En bouche, la texture est – sans surprises – assez grasse.
Le produit se fait quand à lui plus épicé, fumé/camphré avec ici quelques notes mentholées qui vont lui amener une fraîcheur bienvenue.
On conservera malgré tout des notes de fruits exotiques caramélisés et un boisé agréable.
Les épices (anis entre autre) et le menthol vont cependant aller crescendo avec un camphre sous-jacent qui vont tenter d'éclipser l'aspect fruit caramélisé (plus sur les agrumes, orange en tête, cette fois) qui – lui – lutte pour sa survie.
On notera également, histoire d'être complet, une petite amertume.
 
À la rétro-olfaction, on tend vers le fruit rouge (si !!) tout en restant dans des saveurs exotiques biens toastées et relativement fumées. On conservera un côté épicé, tout en exotisme lui aussi (des gens plus doués que moi y ont trouvé du curry. Why not?).
Une grosse impression de chaleur s'en dégagera également (surtout au vu de ses 46°).
 
La finale est assez longue sur les épices fines, les notes boisées légères et le caramel fumé.
On notera, toujours de façon assez surprenante, quelques rémanences de fruits rouges.
Enfin, quelques notes salines se feront également leur place au soleil.
 
In fine, on est donc face à un Enmore plus végétal que caramélisé. Plus continental que tropical aussi. Ca joue pas mal l'air de rien.
C'est assez particulier. C'est loin d'être mauvais (pour être tout à fait objectif, c'est même vachement bien) mais ce n'est pas le profil que je recherche dans un Enmore.
On ne peut pas gagner à tous les coups ;-)
 
Photo de groupe ?
line-up Enmore
 
 
Rhum n' Whisky

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire