mercredi 16 mai 2018

Retour au pays de l'agave pour une incursion dans la gamme Del Maguey – première partie

Del Maguey - logo
 
Vous vous souvenez du Spirits In The Sky ?
Ben j'en suis revenu avec tout un tas de samples de mezcal.
Et du mezcal de chez Del Maguey s'il vous plait ^^
line-up Del Maguey
Joli line-up non ?
Même si on a l'impression qu'elle fait partie du paysage depuis toujours, la gamme Del Maguey n'existe que depuis 1995 (en même temps, avant ça, des mezcals de qualité ... enfin voilà quoi ^^) et on la doit à un artiste américain du nom de Ron Cooper qui tomba littéralement amoureux de ce spiritueux après un séjour au Mexique dans les années 1970. Cet homme est un des pionniers de la promotion du mezcal à l'international.
La gamme Del Maguey propose des distillats « familiaux » de l'état d'Oaxaca et chacun des mezcals porte le nom du village où il est produit.
Outre le fait que ses produits soient certifiés « bio », Del Maguey s'implique également dans la reforestation (pour autant que l'on puisse parler en ces termes) d'agaves sauvages et dans l'amélioration des infrastructures des producteurs locaux.
 
Maintenant qu'on en sait un peu plus (oui, pour faire simple, on peut dire qu'il s'agit d'un embouteilleur indépendant), il est temps de passer à ce qui nous intéresse vraiment : la dégustation.
 
Alors petite note d'usage : dès lors que le mezcal est un alcool non vieilli, il présente une couleur translucide. On ne s'étendra donc pas sur ce point (sauf si vous voulez vraiment me voir faire des vannes pourries pour chaque produits mais bon, ça je l'ai déjà fait donc je comptais vous épargner).
Et, oui, on parle d'agaves d'un certain âge. De fait, mais c'est l'âge de la plante et non du jus produit (en gros, c'est comme si – en rhum – on vous parlait d'une canne âgée de 24 mois permettant de produire un rhum blanc).
 

Vida :

L'entrée de gamme si l'on peut dire.
Élaborée à partir d'agave espadin âgée de 7 à 8 ans.
Del Maguey - Vida
Il va falloir vous habituer à ces bouteilles vertes ...
Le nez est légèrement acidulé, sur l'agave cuite avec un aspect « crémeux » voire « laiteux ».
Des notes salées et fumées sont également de la partie.
Ça va aller en s'adoucissant (avec quelques notes de fruits) avant de repartir vers un côté plus animal sur des notes de cuir et des notes bien plus intenses que j'ai initialement qualifiées de « festival boueux » … Après, j'ai pris conscience de l'existence du terme « fermier ». C'est raccord et beaucoup plus élégant ^^
 
En bouche, c'est toujours crémeux/laiteux mais c'est également plus épicé (sur des notes poivrées).
On conserve ce côté agave mais avec un aspect beaucoup plus doux (un léger fruité indéfinissable).
Des notes plus minérales vont ensuite apparaître avant de laisser place à quelque chose de plus caoutchouteux mais aussi à quelques notes de réglisse.
 
La rétro-olfaction est quant à elle épicée (sur des notes de poivre avec une touche saline/iodée).
Un côté plus végétal et plus fumé se rappellera également à nous.
 
Après un shoot d'épices, on assistera à un retour en force de l'agave et d'un peu plus de rondeur avant de repartir sur ces notes plus « caroniesques » (goudron, caoutchouc, …).
Des notes fumées sous-jacentes et un retour de pointes salines nous offrirons une finale relativement longue.
 
Une très jolie entrée de gamme !
Décidément, j'aime de plus en plus le mezcal moi (à noter que celui-ci me plait bien plus en bouche et sur la finale qu'au nez).
 

Chichicapa :

Celui-ci est produit à base d'agave Espadin de 7 à 8 ans.
Del Maguey - Chichicapa
Les étiquettes ont un charme désuet je trouve. j'aime encore bien.
Le nez est fermier (maintenant que je sais, je réutilise le terme ^^), sur l'agave acidulé, les aromates et, accrochez-vous, les olives (mais en plein hein). Limite on tend vers des notes de tapenade.
On notera également quelques touches de cuir et des notes plus animales.
Le côté agave acidulé reprendra le dessus mais de manière très agréable.
 
La bouche est surprenante de douceur (assez portée sur le sucre) avant de nous offrir un passage plus minéral entrecoupé de notes végétales (agave toujours) tout en restant relativement rond.
Sur celui-ci aussi on relèvera ce petit côté fumé ainsi que quelques notes caroniesques plus typées asphalte.
Ah oui, c'est également laiteux.
 
La rétro-olfaction est bien épicée (poivre et piment) et relativement chaude (j'ai noté « sur une chaleur caroniesque » mais je ne sais absolument plus ce que j'ai voulu dire par là. Voilà, voilà, ça m'apprendra à ne pas retaper mes notes plus vite …).
Quelques notes d'agave seront également de la partie tout comme un petit côté sucré.
 
La finale verra le retour des notes fermières (qui évolueront de plus en plus vers un côté Caroni ; que voulez-vous, c'est mon repère ^^) enrobées d'une douceur sucrée perçue en bouche avec quelques pointes salées de ci, de là.
 
Top. Clairement, je comprends tout le bien qu'on dit de cette marque (et j'ai l'étrange impression que j'aime beaucoup les mezcals à base d'agave espadin moi …).
 

Santo Domingo Albarradas :

On reste sur l'agave Espadin mais celle-ci est plus vieille (8 à 10 ans).
 
Ce fut une expérience cette dégustation : déjà j'ai renversé la moitié de mon verre (heureusement que j'avais de la réserve dans mon sample …) avant d'avaler une gorgée de travers ce qui a eu pour effet de me transformer en geyser …
Epique je vous dit.
Sinon c'était top.
 
 
Ok, je développe un peu ^^
Del Maguey - Santo Domingo Albarradas
C'est rustique ^^
Le nez m'a plutôt fait penser à un produit de chez Balam avec ses notes moutardées et terreuses  assez surprenantes avant de passer sur les épices, cumin en tête.
On reste dans un registre acidulé mais c'est bien différent.
Des notes plus végétales, limite mentholées, vont se développer par la suite. Les notes d'agave arriveront seulement ensuite et de manière plus légère.
Le plus incroyable dans tout ça c'est que le produit reste frais malgré tout et ce grâce à de fines notes d'agrumes très agréables.
 
En bouche, BAM ! On part sur les mêmes notes : chaleur, moutarde acidulée, puissance et douceur sucrée (qui va – sur ce dernier point – se rapprocher du produit précédent).
Un côté plus anisé et mentholé arrive par la suite et va doucement dominer les débats. C'est surprenant.
Notez bien, j'y ai également relevé de légères notes cireuses voire un solvant léger (c'est pas tout à fait ça mais c'est la seule chose qui me soit venue à l'esprit).
 
La rétro-olfaction est plus épicée (poivre et piment encore) avec un important retour des notes salées et de ce côté agave laiteux.
 
La finale est chaude sur ces notes mentholées anisées mais avec une rondeur plus intense (on tendrait même vers des notes chocolatées mais là je me perturbe rien qu'en l'écrivant …) avec une amertume assez cacaotée (bah oui, puisque je vous le disais qu'il y avait du chocolat).
Et on va conserver une certaine fraîcheur à l'ensemble (je dis ça à cause des petits « rototos » aux agrumes … toute une aventure cette dégust' je vous dis).
Les notes salées vont faire un retour longtemps après.
 
Alors celui-là, au plus que tu le goûtes, au mieux que ça te goûte !
 

San Jose Rio Minas :

Toujours de l'agave espadin âgée de 8 à 10 ans. Del Maguey parle sur son site de Vino de Mezcal mais l'étiqette continue de renseigner « Single Village Mezcal » (oui, le site différencie ces catégories).
 
Bref.
Del Maguey - San Jose Rio Minas
Et c'est aussi très pastel (j'ai rien à raconter mais j'aime mettre une légende ^^)
Le nez est extrêmement fruité (les fruits jaunes dominent largement), herbacé et légèrement terreux. Ça n'a aucun rapport avec les trois produits précédents. C'est stupéfiant ces trucs là !
On notera cependant un petit côté cireux et acidulé qui nous rappelle quand même où on est.
On relèvera une impression plus alcooleuse que sur les trois autres.
Ça partira ensuite vers des notes florales avant de terminer sur un nez typé agave fruité.
 
La bouche est toujours très fruitée et présente un côté solvant assez jamaïcain et laiteux à la fois (ça fait bizarre).
Les notes se feront ici plus florales qu'herbacées avec une sucrosité plus proche de la fleur de sureau.
Donc on a un produit d'une part fruité/floral mais aussi solvant/aromate (encore des notes mentholées). C'est perturbant !
Des petites notes d'agave vont finalement apparaître avec le temps.
 
À la rétro-olfaction la sucrosité prédomine (sur la fleur de sureau mais pas que) après un bref shoot de solvant dopé aux fruits hyper mûrs et une rafale d'épices (bien sur le poivre ici).
On relèvera – à nouveau – ces notes herbacées et végétales où l'on repérera un retour des notes plus typées agave.
 
La finale, chaude, va aller en s'adoucissant sur cette sucrosité fruitée avant que ne se fasse sentir un légère impression de tabac qui s'efface à nouveau au profit des fruits (jaunes et rouges ici).
On terminera sur des notes d'agave (histoire quand même de se rappeler ce qu'on boit).
 
Alors c'est hyper intéressant ! C'est aussi le plus léger des quatre produits dégustés mais il me paraît que l'on n'y retrouve pas assez – selon moi – les « marqueurs mezcal ».
 
Fin de cette première partie, la suite arrive prochainement !
 
 
Rhum n' Whisky (n' Mezcal? --')

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire