jeudi 14 juin 2018

Kill Devil - Belize


On continue dans la douceur avec deux produits en provenance du Belize.
Kill Devil - Belize - line-up
petit line-up, petit article ^^
Oui, je vais vous le faire dans le même ordre que moi ^^
Donc « plus que » cinq après celui-ci (ou six si je splitte la partie Guyana, ce qui est possible).
Courage !

 

Kill Devil – Belize Column Still – Travellers Distillery – 10 ans – 46 % :

Kill Devil – Belize Column Still – Travellers Distillery – 10 ans – 46 %Kill Devil – Belize Column Still – Travellers Distillery – 10 ans – 46 %
C'est doré donc c'est réduit ;-) Et, oui, le sample est trompeur, c'est bien le 10 ans.
 
Sa robe est dorée à tendance orangée.
 
Le nez est relativement doux, pâtissier et exotique sur des notes de coco, de vanille et quelques touches beurrées avec un léger fruité sous-jacent (sur l'orange et les fruits exotiques).
On n’y trouve aucune forme d'agression, l'ensemble est en presque trop facile.
En cherchant bien, une légère note un peu plus acooleuse typée solvant passe de temps à autres le nez à la fenêtre mais c'est fugace.
Le fruité va se faire un rien plus acide, sur les fruits à chaire blanche et les fruits de la passion avant de repartir sur l'orange légèrement épicé (attention, on est loin d'un Don Papa hein).
La « douceur pâtissière » va lentement s'orienter vers le chocolat au lait.
 
En bouche, le produit se fait de suite plus caramélisé et un peu plus épicé (sur des notes de poivre doux avec un petit kick pimenté et quelques notes de menthol).
Les fruits sont également de la partie mais ils se font cette fois plus exotiques (ananas, mangue).
Un léger boisé va apparaître sur la longueur.
C'est à la fois chaud et épicé mais aussi rond et rafraîchissant.
Niveau consistance, on est sur quelque chose d'assez huileux.
 
À la rétro-olfaction, on va garder plus ou moins cette trame en partant sur des notes de bois toasté caramélisé vanillé et finement épicé avec une petite amertume fruitée.
Une légère touche mentholée apportera de la fraîcheur à l'ensemble.
 
La finale, très moyenne niveau longueur, sera plus chaude et restera sur cet aspect épicé plutôt fruité (toujours l'orange) en conservant cette petite amertume perçue plus haut.
 
Comme souvent avec les produits du Belize (du moins, de mon point de vue), c'est bon, c'est facile d'accès mais c'est loin d'être le truc le plus complexe du monde. C'est même assez monolithique.
Y a pas eu de « wow » quoi.
 

Kill Devil – Belize Column Still – Travellers Distilery – 11 ans – 46 % :

Kill Devil – Belize Column Still – Travellers Distilery – 11 ans – 46 %Kill Devil – Belize Column Still – Travellers Distilery – 11 ans – 46 %
Presque le même, presque ...
 
Niveau visuel, c'est sensiblement pareil.
 
Le nez est à la fois plus intense mais aussi plus fermé. Ca reste toutefois très pâtissier avec une sensation « poussiéreuse/poudrée ».
Ce côté pâtissier sur la coco, l'amande et la vanille va finalement aller crescendo, les fruits exotiques arrivant par la suite (principalement l'ananas) tout comme un aspect plus floral relativement agréable (sur la fleur de sureau) avant que les épices douces ne viennent se rappeler à notre souvenir.
Il donnera également l'impression d'être légèrement plus alcooleux. Il est relativement différent du précédent et ce, surtout à cause de son côté floral et « poussiéreux ».
 
En bouche c'est toujours très rond mais également moins « huileux ».
On retrouve pas mal le côté caramel du précédent ainsi que quelques notes toastées.
Son côté plus « fermé » perçu au nez va s'éteindre au fur et à mesure que les fruits exotiques vont exploser sur la grenade (oui, le fruit. Et, oui, le jeu de mots est naze. Mais j'en suis fier donc je m'en fiche :p). C'est assez déstabilisant mais c'est très agréable (et très sucré aussi).
Ici aussi, on droit à un petit côté chocolat au lait.
 
Niveau rétro-olfaction, c'est épicé (sur la muscade et le poivre léger), sur des notes caramélisées avec un peu de fruits.
Ce qui va surtout marquer, c'est son côté plus fumé qui va venir confirmer son petit air de poudre à canon perçu au nez.
 
La finale ne sera pas beaucoup plus longue (et restera donc assez moyenne) et va continuer de surfer sur ces notes de grenades caramélisées fumées (cet aspect fumé s'éteignant plus vite que le reste).
 
Mon préféré des deux. Mais ça reste quand même assez monolithique comme truc.
 
Comme souvent donc quand ça vient du Belize : c'est bon mais pas transcendant.
 
 
Rhum n' Whisky

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire