mardi 5 juin 2018

Le moulin et son « p’tit vieux »

A l'occasion d’une des dernières quinzaines du BRC, j'ai ressorti une des premières bouteilles que j'ai achetée et qui "pourrissait" dans le fond de ma cave.
En même temps, elle ne m'a jamais fait forte impression.
Mais bon, si je ne la ressortais pas à cette occasion, qu'allais-je bien pouvoir en faire (à part des ti-vieux, on est d'accord) ?
 
Du coup :
 

Trois Rivières – Cuvée du Moulin :

Trois Rivières – Cuvée du Moulin
Je vais finir par demander des réductions au Salon du Rhum (ou alors ils vont me réclamer des royalties, je sais pas trop --')
Sa robe est or orangée à reflets dorés.
 
Alors, je ne sais pas si c'est l'oxydation ou alors le fait que j'ai pris un peu de bouteille (jeu de mots pourri de circonstances, je ne pouvais pas m'en empêcher :p) ou encore que je n'avais pas de goût à l'époque mais le nez est bien plus agréable que dans mes souvenirs.
C'est relativement fruité : à la fois sur les fruits frais (fruits blancs) mais également sur les fruits séchés (en plein sur la mangue séchée légèrement sucrée).
On y trouve déjà pas mal d'épices relativement douce (cannelle, légère touche de vanille, poivre très délicat, un peu de muscade, ...) ainsi qu'un boisé bien typé et légèrement humide.
Avec un peu d'aération, les fruits (exotiques mais également sur les agrumes) vont doucement prendre le dessus, accompagnés d'un petit côté sucré, étant toutefois précisé que les notes boisées, plus sèches, restent en embuscade.
 
En bouche, c'est bien plus épicé (poivre, muscade, cannelle) et on part sur des notes de bois bien plus sèches (un peu comme sur la finale du nez) mais en conservant toutefois ce côté fruité prégnant qui respire l'exotisme et les agrumes.
On va également gagner un aspect plus végétal (sur la canne) un rien amer.
C'est pas mal balancé finalement.
 
À la rétro-olfaction, les épices – poivre fin en tête – sont contrebalancées par des notes sucrées un peu plus florales avant de laisser place à une légère amertume végétale.
Et derrière tout ça, on repère un boisé toasté.
 
La finale est moyenne et relativement douce avec un côté fruité (plus sur le raisin à présent) épicé (à nouveau sur le poivre qui domine les autres épices dans un premier temps avant que celles-ci n'apportent un peu de douceur au produit) et une légère amertume boisée et végétale.
 
Parfois ça a du bon de retomber sur de vieilles quilles dont on n'attend plus rien.
Parce que ça me plaît bien mieux que dans mes souvenirs.
Alors oui, c'est très, très loin d'être un grand rhum agricole mais au vu de son prix, c'est relativement sympa ;-)
 
Et donc, moment « bonus » :
Le même mais en « p'tit vieux » (comment ça, c'est pas comme ça qu'on dit ?) !
Trois Rivières – Cuvée du Moulin - ti-vieux
C'est limite flippant tout ce qu'il y a dans ce verre ...
Ben au visuel, le verre paraît plus gros et inadéquat, le jus semble un rien plus foncé, des trucs verts chelous flottent dans le liquide et une cuillère vient squatter le truc.
Je vends du rêve, j'en ai conscience ^^
 
Étrangement, le nez est très citron vert dites donc. Avec quelques notes de 3R quand même (quoi, je le charge trop en citron ?).
C'est rafraîchissant, c'est le but :-D
 
En bouche, c'est plus « sirupeux » niveau consistance (la faute au sucre sans doute) et les notes de citron sont entourées d'un rhum agréablement sucré avec un léger retour des notes boisées et des épices propres au « matériau de base ».
 
Niveau rétro-olfaction (oui, je donne de ma personne), le citron se fait plus épicé tout en restant sur des notes végétales, l'amertume en moins.
Niveau boisé et épicé, c'est très chouette.
 
La finale bah, elle n'est pas vraiment plus courte (la faute au côté sucré-citronné), ni plus longue mais on va rester sur ce citron agréablement sucré avant qu'un retour du bois et des épices nous rappellent que le mélange n'est pas fait avec un blanc.
 
 
Rhum n’ Whisky

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire