mercredi 5 septembre 2018

JM – post Quinzaine


JM Logo

Vous vous souvenez de la quinzaine JM ? Mais si, début d’année, en deux parties (ici et ), le truc où je faisais quasi le tour complet des produits « de base » (comprendre pas les millésimés bicôze pas le budget ^^) à l’exception de l’une ou l’autre itération.
Et bien, j’ai presque chopé ce qu’il manquait (donc toujours pas de VO).

C’est parti pour deux blancs et un ESB du coup !
line-up
Photo de famille ^^
Ah oui, précaution d’usage : dégustation réalisée en regardant un match de coupe du monde donc ça vaut ce que ça vaut hein ;-)

JM – Blanc – 40° :

JM – Blanc – 40°JM – Blanc – 40°
Visiblement, il ya  un code couleur aussi chez JM ^^

Pour l’aspect visuel, vous vous doutez donc on va directement passer au point suivant.

Le nez est végétal (sur la canne. Après, on s’en doutait un peu hein) et relativement doux sur des notes d’agrumes (citron).
On notera également la présence d’épices (un rien d’anis mais pas que. C’est à la fois très doux et relativement intense) ainsi qu’un côté plus « terreux ».
Enfin, on lui trouvera aussi un aspect plus « forestier » à tendance pin/résineux.
Fatalement, vu le voltage, l’alcool n’attaque pas.

En bouche, c’est très végétal, très JM en fait : la canne revient en plein, accompagnée de pas mal d’épices (poivre, muscade) et de quelques notes fruitées.
C’est sympa.

La rétro-olfaction est chaude mais pas trop (bah oui, voltage, tout ça, tout ça), toujours très portée sur la canne mais avec des notes fruitées qui vont diminuer alors que les épices (semblables à celles perçues en bouche) vont aller en s’intensifiant pour terminer sur un côté plus salin.
On restera tout du long sur des arômes très intenses et notamment une canne très lourde.

La finale est moyenne (et déjà pas mal vu ses 40 watts) et on va conserver cet aspect très végétal (sur la canne) et relativement doux.
Les notes terreuses perçues au nez, referont leur apparition et ce fin côté iodé relevé à la rétro-olfaction se joindra à nous pour terminer la dégustation.

 
JM – Macouba :

JM – MacoubaJM – Macouba
Oui, c'est exotique comme packaging :-D

Encore un blanc mais titrant à 51,2% cette fois.

Pour la couleur, la bouteille est trompeuse : on ne fait pas face à un liquide vert à tendance feuillage tropical. Du tout. En fait, de couleur il n’y a !

Le nez est hyper frais, l’alcool est magistralement maitrisé.
À nouveau, on retrouve des notes de cannes et d’agrumes mais de manière bien plus fine que sur le blanc à 40%.
On conserve également une belle douceur plus orientée, cette fois, vers cette canne gorgée de sucre. On tendrait même par moment vers des notes de fruits rouges ainsi que des touches assez florales.
De légères épices amènent un peu d’énergie à l’ensemble et le côté fruité va aller en se développant.

En bouche, c’est – sans surprise – plus chaud que le précédent mais ça reste super bien maitrisé niveau voltage.
On est cette fois bien plus sur des notes végétales, parfois légèrement terreuses, tout en conservant ce puissant côté sucre de canne accompagné d’épices (poivre en tête) qui vont rehausser le tout.
In fine, il se fera un peu plus minéral et, ici aussi, on retrouvera ce petit côté « sucré/salé » relevé sur le précédent produit.

La rétro-olfaction est chaude et épicée (bien plus que pour celui à 40°). La canne englobe l’intégralité des arômes et est totalement maître de l’ensemble. En arrière-plan, des notes fruitées amènent encore plus de rondeur au produit.

La finale est longue, sur la canne et ces notes douces et sucrées si spécifiques. On notera également quelques touches florales ainsi qu’un retour des notes fruitées.
Les épices se rappelleront à nous mais de manière très discrète.
Vraiment très sympa celui-là !

 
JM – Rhum Elevé Sous Bois Agricole – 50° :

JM – Rhum Elevé Sous Bois Agricole – 50°JM – Rhum Elevé Sous Bois Agricole – 50°
Ou comment assortir le bouchon à la couleur du liquide ...

Ambré, ESB (pour « élevé sous bois »), paille, tant de termes pour un même type de rhum dont le vieillissement est de l’ordre d’une année (certains pouvant être plus vieux ; par exemple, chez HSE, c’est entre 12 et 18 mois).
Pour celui-ci, c’est un an de vieillissement en petits fûts de chêne.

Pour la couleur bah c’est écrit hein : ambré, paille, … relativement clair quoi.

Au nez, on sent bien quel fût a craché dis donc ! C’est vanillé et très fruité, ces arômes se partageant le devant de la scène.
Un côté « poussiéreux » (un peu sur la muscade) légèrement boisé est également de la partie.
Si on le cherche, on trouvera bien un petit côté végétal sur une canne gorgé de sucre mais c’est loin, très loin. Le passage en fût – même bref – a complètement transfiguré le produit (du moins, au nez).
Les notes boisées assez sucrées vont dominer la suite de la dégustation qui verra apparaitre quelques pointes d’agrumes rafraichissantes.
Les 50° sont bien intégrés et le produit se veut assez facile d’accès.

La bouche nous gratifiera par contre d’un retour de canne bien épicée. La douceur (clairement sur une canne vanillée) se retrouvera derrière ces épices  (poivre, muscade, … réglisse ?) et sera accompagnée d’un fin boisé.
Quelques notes citronnées amèneront une légère amertume au produit.
Les 50 watts se sentent plus que sur la Macouba par contre.

À la rétro-olfaction, on aura droit à des notes plus herbacées, plus boisées également (pins, encore). Il se fera à nouveau assez floral.
Les notes de cannes seront aussi de la partie mais de manière plus discrète.
Enfin, l’amertume citronnée perçue en bouche est on ne peut plus présente (et ce n’est pas désagréable).

La finale est moyennement longue et va rester sur ce boisé particulier finement épicé qui va surplomber des notes de cannes sous-jacentes.
On va conserver une trame assez douce mais qui aura tendance – comme au nez – à se faire « poussiéreuse » (je me comprends, c’est l’essentiel).
Quelques touches d’agrumes iodés viendront conclure la dégustation.

C’est la première fois que je testais un ESB. Ben c’est vachement intéressant et loin d’être désagréable en fait !


Rhum n’ Whisky

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire