mercredi 3 octobre 2018

La Bourse aux samples de rhum des RoA ou quand des potes donnent vie à un concept tout droit tiré de fesse-bouc …


Rums of Anarchy - logo
Bon, RoA, c’est pour « Rums of Anarchy », un groupe d’amis réunis autour d’une passion commune : la belotte … le rhum !
Alors oui, j’entends déjà dire que c’est encore un groupe de liégeois comme il en existe déjà, qu’ils font des soirées dégustation comme les autres, qu’ils ont une page fesse-bouc dédiée, tout ça, tout ça.
C’est vrai. Mais les autres font pareil aussi hein (et si vous lisez ça, c’est que ça vous intéresse quand même un peu).

Par contre, l’idée qu’ils ont lancée et qui s’est concrétisée dimanche dernier, c’est juste une première en Gelbique !
J’oserais même dire une première mondiale (et si ce n’est pas le cas, y en a quand même pas eu beaucoup d’autres avant) !

GO
les GO (aux extrémités) et leurs « petites mains » qui se sont chargées de l’intendance de main de maître.
Ok, c’est bien beau mais de quoi qu’on cause ?

Mais d’une bourse aux samples pardi !

Pour ceux qui l’ignorent, le sample, c’est ça :
sample
Un exemple parmi tant d’autre (mais celui-ci a un gros goulot, et croyez-moi, c’est vachement plus facile pour remplir ^^).
En gros, ce flacon dont la contenance peut varier de 2 à 70 cl (oui, entre le petit et la bouteille – appelé « gros sample » pour faire illusion quand vous rentrer à la maison --‘ – on trouve un peu de tout comme contenance : 3, 5, 10, 20, 30, … cl) et, outre le fait de vous permettre de transporter, au hasard, vos médocs ou vos échantillons urinaires, permet de transporter un alcool d’un point A à un point B afin de le déguster dans d’autres (meilleures ?) conditions.

Exemple : Spa, Salon du rhum, espace collector. Tu as, dans ton verre, ton centilitre (ou tes deux centilitres si tu es un psychotique comme moi qui avait pris deux tickets ^^) d’Enmore ’95. Pas de chance, derrière toi, la madame a un rien (euphémisme quand tu nous tiens) exagéré sur le parfum (ça marche aussi avec le gros dégueulasse qui pue tellement la transpiration que ça pique aux yeux).
Catastrophe, ta dégustation va foirer !
Et bien non !
Car à ce moment-là, tu dégaines ton sample, verse le contenu de ton verre à l’intérieur (perso, moi c’est tout directement en samples, rien au verre, pour le collector mais bon), te barres de cet endroit à l’odeur prégnante et peux déguster ce précieux liquide ailleurs (au salon, dans ton chez toi pour plus de calme, … bref au point B).

C’est bon, vous avez capté l’idée ?

Donc maintenant vous saurez que tous les pharmaciens que vous croisez en salon de dégustation ben, c’est pas des pharmaciens en fait :-D

La chose étant posée, pourquoi une bourse aux samples alors qu’on peut déjà – généralement – sampler en salon ?
Tout simplement parce qu’en salon ben :
- ton sample, il n’est pas nécessairement fort rempli (parfois, c’est triste tellement il est vide) ;
- tu paies parfois déjà cher et vilain ton entrée et tu n’as pas nécessairement envie de débourser trouzemille tokens (cet infâme jeton en plastique équivalant généralement à un euro te permettant de goûter des trucs plus « sophistiqués ») pour goûter un produit ;
- le choix est parfois réduit sur certains produits (d’autres sont carrément inexistants) ;
- c’est généralement des commerciaux qui présentent leurs trucs et essaient donc de te les vendre. Avec de la chance, parfois, c’est les gens de la maison et c’est beaucoup plus intéressant (mais pas nécessairement objectif du coup) et parfois un passionné complètement indépendant qui n’a pas peur de dézinguer ce qu’il a sur sa table (pitêt c’est pour ça qu’on ne veut pas de moi comme freelance tiens ^^).

Sinon le concept existe déjà sur internet (la magie fesse-bouc) mais bon, c’est quand même plus sympa IRL non ?
Et les réfractaires aux envois de samples par la poste, Mondial Relay et j’en passe sont comblés :p

Du coup, c’est quoi l’idée ?

Très simple :
- un jour (dimanche 30 septembre 2018) ;
- une salle relativement cubique (le Cube, à Barchon, dedans la région liégeoise) ;
- des amateurs sympas en qualité d’exposants qui sont venus avec leurs produits ;
- un espace dégustation ;
- un fumoir ;
- un bar avec softs, bières et cocktail (oui, sans « s », c’était pas le but de la journée non plus hein) ;
- pas de service de rhum au verre (histoire d’autorisation, tout ça, tout ça. Administratif quand tu nous tiens ^^) ni de vente de bouteilles ;
- un chouette café-brasserie-rhumerie à côté (Au bout là-bas) pour se sustenter avant de rentrer.

bourse aux samples
Un petit panoramique histoire de vous donner une idée :-D (N'hésitez pas à cliquer pour agrandir ^^)

Niveau visiteurs :

- l’entrée à 2 euros donne le droit à une boisson soft (ou une bière) et de se balader dans la place ;
- des samples sont disponibles si besoin au prix de 0,50 euros ;
- ils font leur marché parmi les divers exposants au prix annoncé par ceux-ci ;
- les samples font 3cl (soit un gros dram, soit deux verres raisonnables) ;
- soit ils achètent leurs samples et dégustent sur place (ce qui permet d’échanger leur ressenti avec d’autres), soit ils repartent tranquillement chez eux pour déguster ça peinard.
Ah oui, ils étaient presque une centaine.

Niveau exposants maintenant :

- les voilà :
exposants
Oui, ce sont les psychotiques qui ont véhiculé leurs bouteilles de chez eux à la bourse avant de faire le trajet inverse. Des malades quoi. Mais des malades partageurs (après, je peux me le permettre, j’en fais partie :p).
- alors eux, c’est 5 euros la table. Si le coût vous perturbe, je vous laisse vous renseigner sur le coût d’un stand au Salon du rhum, au Whisky-Live ou au BWSF. On en reparle après. Comprenez donc qu’ici, c’est donné ;
- il y avait 10 tables (on va compter par « groupe de tables » sinon on ne va pas s’en sortir) ;
- normalement, ils ont leurs samples avec eux ainsi que des étiquettes (ou un bic « spécial verre ») histoire de pouvoir noter sur le flacon ce que vous avez acheté ;
- ce sont eux qui font le prix et qui choisissent ce qu’ils proposent.

En bref, si les exposants sont des bâtards égoïstes et vénaux, la journée foire complètement.
Dans le cas contraire, ça peut être un succès.

Bon, j’ai spoilé dans un précédent post donc je ne vous tiens pas en haleine plus longtemps : ce fut un succès !

Alors non seulement, les prix pratiqués étaient hyper raisonnable (généralement prix d’achat pour la plupart des quilles et, non, on n’a pas nécessairement eu la chance d’acheter la même quille au même moment, au même endroit, ce qui peut expliquer certaines différences minimes de prix) pour une très grande majorité de produits : de 1,20 euros verrerie comprise à une quinzaine d’euros pour certains …
… Voire jusque 30 euros pour certaines pépites.
Alors oui, 30 euros, ça peut sembler cher pour le commun des mortels mais sachez trois choses :
- le commun des mortels peut déjà découvrir pas mal de trucs pour une dizaine d’euros (car non, toi, le novice, tu n’es pas obligé d’acheter du Velier : on prend également du plaisir avec des OB pas cher hein) et ça lui permet de se créer une base de comparaison ;
- l’amateur de rhum est un grand malade (qu’il soit exposant ou visiteur ; à ce sujet, il y en a certains qui d’exposants ont quand même fini par plus ressembler à des visiteurs vu le nombre de samples amassés ^^) et peut débourser pas mal de pognon pour un truc introuvable ;
- imaginez le prix d’un verre de Caroni 1974 de chez Bristol sur un salon (essayez seulement de l’imaginer hein parce que, en vrai, c’est juste improbable) … Ok, c’est fait ? Ajoutez le prix du billet d’entrée dudit salon maintenant. Voilà, … Ca fait cher hein oui ? Et bien ici, il était seulement à 30 euros les 3cl (j’aurais dû craquer d’ailleurs. Pourquoi j’ai pas craqué en fait !?!).

Bref, vous comprendrez qu’on a voulu faire plaisir au plus grand nombre et avec un total avoisinant les 450 bouteilles (!) … Oui, 10 tables et 450 quilles. On est des malades je vous dis ! … on a clairement rayonné très large :
- du chimique infâme qui a rencontré un certain succès (comment ça Don Papa ? … D’ailleurs, si une photo bizarre autant qu’étrange de moi avec deux quilles de DP prise par JF sort à un moment ou un autre, sachez que c’est juste la joie de pouvoir vider ces bouteilles sans devoir les boire ^^) ;
- des rons de tous horizons allant du plus banal au plus huppé ;
- des rhums agricoles allant du blanc au vieux, voire aux millésimés en passant par l’ambré et les finishs ;
- des rums de provenance diverses et variées qui ont remis le goudron et le solvant dans les mémoires (mais également le sucre demerara, rassurez-vous) ;
- des machins de provenance étrange (Haïti et ses clairins, le Brésil et ses cachaças, la Polynésie et, bah oui, son rhum ^^) ;
Tout ça, la plupart du temps, en embouteillage officiel.

Et puis, il y avait aussi « quelques » bouteilles de petits IB méconnus : Velier, Samaroli, Silver Seal, Kill Devil, Duncan Taylor, Bristol, Wild Parrot, CDI, Plantation, …

Comment ça, c’est abusé ?
Non, non, c’est partagé plutôt ;-)

Bref, ce fut une journée chargée en rencontres, en discussion, en tranches de rire, en dégustation (un peu ou beaucoup), en partage, …

Une super journée en somme !

Et puis d’un point de vue plus pragmatique, les exposants ont un peu (beaucoup ?) renfloué leurs caisses, vidé certaines bouteilles qu’ils n’auraient peut-être jamais finies autrement, fait découvrir des perles, pépites, licornes, mythes (y a besoin de rien barrer, je vous promets) ; les amateurs – éclairés ou avides de découvertes – ont, quant à eux, pu se faire plaisir à peu de frais (ou presque ^^) en découvrant des produits aussi divers que variés afin d’entamer de la meilleure des manières leur entrée dans le monde du rhum ou en s’offrant le dram de leur rêve (car je le répète, il y avait du level !).

Conclusion ? Vivement l’année prochaine ! (je dégainerai aussi mes trucs plus « sophistiqués » du coup ;-) ) … avec une bourse ouverte à d’autres spiritueux également ? ^^

Et histoire de faire baver encore un peu ceux qui n’étaient pas là, les photos des « stands ». Enjoy comme on dit (ou pleurez si vous n’étiez pas là, c’est selon :p) :

table Salva
A tout seigneur tout honneur, on commence par les GO. Bon, Salva, j’avais le choix, soit on voyait moins de bouteilles mais il fermait les yeux (comment ça, il dormait ?), soit on voyait toutes ses quilles et il ne regardait pas. J’ai tranché pour lui (et pour votre plus grand plaisir boulimique de bouteilles).
table Alain
A tout seigneur, … GO 2 quoi :-D Et donc, là, c’est Gérard Mansouaf en tournée ! Z’avez vu comme il prend la pose notre Alain ? ^^
table Loris
Bon Loris, c’est pas que je l’aime pas mais la seule photo où on le voit derrière ses bouteilles il est en pleine installation donc je me suis dit qu’il serait plus utile de vous montrer toutes les bouteilles, même si c’est sans lui --‘
table Pascal
Oui, je sais, j’ai scalpé Pascal, je sais … mais j’ai les bouteilles hein ^^
Vous le voyez le Caroni Bristol ’74 ? Vous le voyez ?
table Dimitri, Carlo, Christian
Les « Brussel’s Boys » ! Car oui, certains sont venus de loin pour votre plus grand plaisir gustatif.
Attention, jeu : facétieux lecteur, sur cette photo, se trouve un exposant qui est reparti avec plus de rhum que quand il est arrivé. sauras-tu le retrouver ? ^^
table Michael et Madame
Michael et Madame. Alors non, lui il n’avait pas du tout des trucs collectors sur sa table. Du tout :-D
Notez l'arrière-plan ;-)
table JF et Michael
JF et Michael. Ici se cache un homme qui veut ruiner ma réputation en me photographiant entouré de Don Papa. Pas besoin de le retrouver, je ruine bien ma réputation tout seul ^^
table Toby
La table Toby Vins. De là à dire qu’elle sentait plus la promo soirée Kilchoman et Foursquare qu’autre chose … ;-)
Donc oui, Richard Seale va chez Toby hein !!!
table Jacques
Jacques aka « Mr Rhum arrangé » (et en plus on voit Salva comme il faut ici. Double combo).
table RnW
Regardez à gauche, vous le voyez le rayon chimie et glycérol ? Et ben, contre toute attente, il a eu du succès --‘
(Quand je vous disais que je ruinais bien ma réputation tout seul.)
Vous trouverez plus de photos sur la page FB des « Rums of Anarchy ».


Rhum n’ Whisky

NB : Et merci à Michelle pour une grande partie des photos (les miennes semblent pour la plupart avoir été prises de nuit, dans un tunnel --')

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire