mercredi 24 octobre 2018

Révolte silencieuse …



Certains l’auront sans doute remarqué, certains passeront complètement à côté mais il me parait  utile de faire un point sur la situation qui se passe actuellement sur pas mal de groupe fesse-bouc dédiés au rhum (de toute taille et de tous horizons hein).

Pour faire simple, les gens (amateurs, connaisseurs, … bref, tous les amoureux du jus de canne) en ont marre de l’augmentation incessante des prix de leur produit favori et ont décidé de le faire savoir.

Ainsi, outre la bannière que vous pouvez voir ci-dessus, figure également un des deux messages suivants sur les groupes concernés :

« Bonjour,
Afin de faire prendre conscience à tout le monde de ce que nous vivons actuellement, vos groupes de rhum se mobilisent suite à la récente flambée des prix. Nous souhaitons exprimer notre déception tout en sachant que cela n’y changera rien et que nous avons clairement notre part de responsabilité là dedans à force de demander toujours plus à coup de brût de colonne, de séries limitées, bouteilles numérotées ,… Nos groupes servent à créer l’envie et la publicité qui y est réalisée joue inconsciemment en notre défaveur en engendrant des prix toujours plus délirants les uns que les autres.
C’est pourquoi, un collectif de groupes FB spécialisé dans le jus de canne a décidé de fermer temporairement ses pages pour tenter de faire réagir tous les acteurs de cette inflation. Nous avons voté pour une fermeture de 3 jours de nos groupes respectifs avec en plus des actions communes régulières afin d’éveiller les esprits.
En espérant que ce message soit compris de tous afin de continuer de faire vivre la passion que nous portons au rhum et sans que cela ne devienne réservé à une élite. 
Vos groupes FB »

ou 

« Nous, représentants de groupes Facebook spécialisés dans le rhum, sommes réunis aujourd’hui pour vous exprimer notre sentiment de ras-le-bol.
N’avez-vous jamais eu le sentiment qu’à chaque nouvelle sortie ou annonce d’une bouteille le prix annoncé est plus élevé que la sortie précédente ?
Cette constatation, nous l’avons faite sur un grand nombre de sorties ces derniers mois. Les exemple sont légion mais nous ne sommes pas là pour pointer du doigt l’une ou l’autre marque.
Nous voulons simplement montrer aux producteurs/distributeurs que non, nous ne sommes pas aveugles.
Oui nous avons vu cette hause progressive et non, nous ne voulons pas que le Rhum suive la voie qu’a suivi le Whisky.
Nous voulons aussi montrer aux consommateurs moins attentifs que oui, cette hausse existe et elle s’amplifie et non, elle n’est pas justifiée dans tous les cas.
Pour montrer notre mécontentement et faire prendre conscience à tout le monde que consommateur ne veut pas dire pigeon nous avons décidé, d’un commun accord, de tous réagir en même temps sur nos groupes respectifs.
Ceci est une première action. Elle est temporaire et ne restera sans doute pas isolée.
Ceci est le premier poing levé. Il ne tient qu’à vous, professionnels, qu’il reste comme étant le seul. Il ne tient qu’à vous, consommateurs, qu’il ne soit pas vain. »

Je ne pense pas qu’il y ait besoin d’épiloguer. Ça a le mérite d’être clair.

Perso, faisant un groupe avec moi-même, je vois cette action avec un certain détachement mais également avec un certain respect.
En effet, la plupart des groupes français (pour les copains du pays, je ne sais pas si les distilleries vous soudoient, enfin à part Roger qui reçoit des samples de chez Excellence Rhum ^^ C’est pour chambrer hein Roger ;-)) participant à l’action risque bien de voir leur bon contact avec les distilleries – qui, de temps à autres, les approvisionnent pour certaines soirées ou événements – fondre comme  neige au soleil.
Alors non, ce ne sont pas des super-héros mais des gens passionnés par ce qu’ils font et qui en ont marre. Marre de cette hausse constante des prix. Marre à un point tel qu’ils osent risquer de remettre en cause leurs « avantages » afin de faire entendre leur voix et de faire un geste pour la communauté « rhumesque » dans son ensemble.
Je trouve ça beau (pas juste ce que j’ai écris, hein, le concept en lui-même aussi :-)

La question que tous se posent légitiment est : « Est-ce que ça aura un impact ? »
La vague de contestation venant d’être lancée, il m’est totalement impossible de répondre objectivement.

Je me permettrai toutefois quelques observations purement personnelles :
- je plussoie l’action, le prix de certaines cuvées devenant clairement démentiel et totalement déconnant mais afin d’être impartial et de donner à chacun la chance de s’expliquer, ne faudrait-il pas directement  en faire état auprès des distilleries, des Antilles et d’ailleurs (du moins, les gens fréquemment en contact avec elles) et ce, au risque de recevoir une réponse bateau hein, je n’en disconviens pas ?
- le timing choisi loose un peu (la faute à un article à connotations fiscales, tout ça, tout ça) ;
- certains pourraient y voir la remise en cause du travail effectué par les distilleries. Il n’en est rien. Pour la plupart, la qualité est toujours là et le restera encore longtemps. C’est juste qu’après avoir ouvert la boîte de Pandore en nous gratifiant récemment de produits que l’on qualifieraient de NAS dans le monde du whisky, on continue de se taper une augmentation des prix galopante ;
- et, last but not least, l’absence d’un groupe qui – à lui seul – aurait pu porter ce mouvement (non, pas le RCNA :p). Je parle bien évidemment de celui qui est à l’origine de tous ces groupes faisant aujourd’hui entendre leur voix, de ce groupe qui clame haut et fort agir dans l’intérêt de tous et notamment de ses membres, amateurs de rhums avides de découvertes. La Confrérie du Rhum.
Le fait de ne pas suivre le mouvement car «  ça ne sert à rien » ben c’est clairement comme cracher au visage de milliers de membres en leur faisant gentiment comprendre que bah oui, c’est mon business maintenant, je ne vais pas mordre la main qui me nourrit.
Ce n’est nullement un reproche hein, juste un constat. Mais tant qu’à faire, autant jouer franc jeu.
Car, honnêtement, les grandes marques ne se priveraient pas d’une vitrine comme la Confrérie malgré un ou plusieurs coup de gueule. Ca permettrait même, vu le poids du machin, de démarrer une discussion constructive.
Mais bon, à un moment, certains font des choix plus orientés dans leur intérêt propre que dans celui de leurs membres. Je ne discute pas la chose. C’est leur « objet », ils en font ce qu’ils veulent. C’est juste un peu dommage.
Et même si, dans leur tête, ça ne va servir à rien, il n’est pas vain d’essayer. Ne serait-ce que pour poser un geste fort vis-à-vis de tous leurs membres. L’esprit confrérie quoi.
*Addendum en fin d'article*

Bref.

Le timing maintenant. M’est avis que là, ça a un peu merdouillé car les gens vont faire l’amalgame entre hausse du prix du rhum et hausse des taxes dans les Antilles (sinon, pour ceusses qui ne suivent pas, on fait du rhum ailleurs aussi hein).
Il s’agit d’un problème tout autre sur lequel nous n’aurons clairement aucun impact. À moins de procéder à un boycott massif des achats de spiritueux mais j’y crois moyen.

Et sinon, l’impact à court terme ? Bah à mon avis, pas grand-chose hein. Si nous, nous décidons de ne plus acheter, d’autres ne se priveront pas (quand on voit le prix que certains sont prêts à débourser pour boire de la m****, j’imagine pas ce qu’ils pourraient donner pour boire quelque chose de bon).
S’il continue à suivre le chemin du whisky, le rhum se positionnera alors clairement sur un marché dit de luxe. Oui, de luxe, car contrairement au whisky, tout se passe à une vitesse phénoménale ici.
Les véritables amateurs n’auront ainsi plus accès qu’à des rhums blancs hors de prix et seuls les investisseurs pourront s’offrir une bouteille de Trucmuche 6 ans d’âge. Pour ne pas la boire.
Là se posera alors un cas de conscience pour les distilleries : fait-on du rhum pour qu’il soit bu ou pour que les gens investissent dedans ?
Certaines ont déjà clairement choisi la voie du produit d’investissement hein, ne nous voilons pas la face.
On peut cependant espérer que d’autres garderons à l’esprit que si elles en sont là, c’est un peu grâce à « nous », nous petits amateurs qui – pour certains – les soutenons depuis très longtemps maintenant.
Bon après, je vous rappelle qu’on vit dans un monde un rien capitaliste et non chez les Bisounours hein …

Mais soyez sûr d’une chose, les copains ils n’ont pas trop envie de passer pour des bouffons donc ils ne vont pas en rester là parce que c’est bien beau de faire entendre son mécontentement mais si c’est un one-shot, ça ne va pas servir à grand-chose.
Du coup, Force et Courage les gars !

En espérant avoir un peu éclairer la lanterne de certains sur les événements actuels.
Ça aurait pu être plus long et plus fouillé mais bon, faut parfois coller à l’actualité donc, on limite ses propres réflexions (et, s’il vous plait, pardonnez l’orthographe, je n’ai pas pris la peine de relire. Honte sur moi).

Sinon, bonne dégust', profitez-en tant que c’est abordable !
Et comme le dit si bien un ami, grand philosophe contemporain : Rum is fun !

Fin du flash info et retour à des articles plus normaux sous peu ;-)


Rhum n’ Whisky



Addendum
Comme indiqué sur la page FB du blog, mon article a fait réagir Benoit Bail (l'homme à l'origine de la Confrérie du Rhum pour ceux qui l'ignoreraient encore).
De la discussion que nous avons échangé mais qu'il ne souhaite pas voir étaler sur la place publique, je reprendrais juste le fait que je me suis un peu (beaucoup ...) avancé quant à mes considérations sur la Confrérie (après, j'ai honteusement fait au plus vite sans vraiment chercher en profondeur histoire de coller à l'actualité. C'est nul ; je le reconnais).
Je tiens également à préciser que la Confrérie est administrée par six personnes et que la décision de participer ou non à cette action a été prise suite à un vote soumis auxdits admins (4 contre 2).
Enfin, j'ai un peu vite fait l'amalgame en business perso de Benoit Bail et gestion de la CDR. Avec le recul, il n'y a pas de quoi en être fier.
Bref, tout ça pour dire que - même si j'estime que la Confrérie aurait eu toute sa place dans cette action - je revois mon jugement quant à la chose.
Pour le surplus, si son point de vue quant à l'action entamée vous intéresse, il est tout à fait disposé à en discuter avec vous. Pour autant que vous le souhaitiez et en fassiez la démarche.
Sur ce et comme souhaité, le reste de cette discussion conservera donc son caractère privé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire