vendredi 23 novembre 2018

Back to Worthy Park …



Clairement, il y a des jours au boulot qui font plus plaisir que d’autres.
Par exemple, le jour où tu reçois un colis de chez 1423 S.B.S avec ça dedans :

Worthy Park - réception
Là, ma journée était réussie :-D
Alors oui, ça fait longtemps que c’est arrivé, oui, c’est pas cool d’avoir attendu tout ce temps pour faire mon retour mais à ma décharge, j’ai dû lutter contre un crapuleux rhume suivi d’une angine fourbe avant de pouvoir – enfin – débuter la dégustation (sans compter qu’il a aussi fallu retaper les notes qui vont bien étant donné que je suis fan – à tort ou à raison – de la prise de notes en carnet …).
Bref.

Arrive dès lors LA question : « Et tu vas vraiment être objectif vu que Joshua c’est ton pote et que tu reçois des samples gratuitement ? »
Ben oui, on va tâcher. Et si c’est pas bon, je ne me priverai pas de le dire.
Après, faut relativiser aussi hein :
- déjà les gens qui m’ont envoyé les samples, ils ne font pas du Don Papa ;
- de base, Worthy Park, j’aime bien;
- enfin, la première salve était déjà pas mal du tout (remember le “Rhum Live” de Spa).
Donc sur le principe, je ne pense pas avoir l’occasion d’être désagréable avec les produits mais sait-on jamais ^^’

Bon, trois mini-bouteilles sur la photo mais quatre dégustations … Mitose, méiose, magie vaudou, chamanisme ? … Euh, non, Spirits in the Sky en fait ^^
Parce que oui, ça je ne vous en ai pas encore parlé mais début novembre c’était les portes ouvertes Nectar à Bruxelles et qui est-ce que j’ai croisé sur place … je vous le donne en mille : Joshua !
Et, outre les bouteilles dont il va être fait état ici, il avait aussi un truc tout nouveau, tout chaud dont on va parler tout de suite (bah oui, j’ai testé sur place mais dans un élan de générosité envers vous j’ai samplé pour pouvoir vous pondre une note en bonne et due forme) !

Worthy Parl - line-up
La preuve :-D
C’est parti !

Worthy Park – Special Cask Release – Virgin Oak – Vintage 2003 – 55% :

La chose a été embouteillée en 2018 et seules 397 bouteilles ont été produites.

Worthy Park – Special Cask Release – Virgin Oak – Vintage 2003 – 55%      Worthy Park – Special Cask Release – Virgin Oak – Vintage 2003 – 55%
Les embouteillages, chez WP, on les reconnait vite. Ici, j’aime assez le choix de la couleur verte (ça ne vous intéresse probablement pas mais j’avais envie de le souligner).

Visuellement, on est sur un produit présentant une robe d’un or intense à reflets orangés.

Le nez ne laisse planer aucuns doutes possibles : on est en plein sur un truc jamaïcain là !
Le mix solvant/colle et fruits murs est bien présent et, ici, on va jouer à fond la carte de la banane et, dans une moindre mesure, de l’aspect végétal du produit.
Ça nous donne quelque chose qui est à la fois hyper gourmand mais aussi terriblement violent pour le néophyte ou les personnes un chouia réfractaires à ce type d’arômes. Personnellement, je trouve ça juste génial :-D
On évoluera ensuite vers un boisé à tendance réglissé (siiii ! Et ça le rend encore plus miam) avec donc des notes de réglisse (ben tiens), un peu de poivre, de légères touches de cannelle et un aspect sucré finement caramélisé en arrière-plan.
Le bois toasté se fera de plus en plus présent avec un fin solvant fruité. Y a bon !
Et la banane caramélisée va revenir s’offrir à nous par la suite.
C’est super gourmand c’te affaire dis donc !!

En bouche, ça claque ! C’est boisé, épicé (poivre, piments, … bref des trucs bien puissants mais toujours accompagnés de notes de réglisse) avec pas mal de fruits (banane et fruits exotiques sous-jacents).
L’aspect sucré du produit découlera d’importantes notes de bananes mures caramélisées accompagnées de fines touches typées solvant.

L’ensemble se fera beaucoup plus toasté à la rétro-olfaction mais également épicé (étant toutefois précisé que ça serra plus « fin » qu’en bouche).
On va garder ces notes poivrées mais de manière plus contenue, on retrouve également un peu de réglisse, de la cannelle et une certaine douceur, au fur et à mesure de la dégustation, portée vraisemblablement par la banane caramélisée.

La finale est chaude et longue, sur ce côté bois toasté hyper bien foutu accompagné de fines épices et de notes de fruits sous-jacentes.

Ah ben j’aime beaucoup, vraiment !

Après réflexion, cette réglisse lui donne un léger côté Port Mourant (léger j’ai dit) … C’est un rhum pour toi ça Roger ^^

Une des toutes bonnes surprises du Spirits in the Sky !

Passons maintenant aux nouveaux embouteillages de la gamme « Cask Selection Series » :

Worthy Park – Cask Selection Series #3 – Sherry – 2013-2018 – 57% :

Celle-ci, vous aurez un peu plus de chance de mettre la main dessus vu que 1.148 bouteilles se baladent de par le monde.

Worthy Park – Cask Selection Series #3 – Sherry – 2013-2018 – 57%
Aucun effet d’optique, la bouteille est bien plus petite que le verre ;-)
De prime abord, on fonce un peu vu qu’on part sur un produit de teinte orangée à reflets dorés assez intenses.

Au nez, l’influence du finish ne fait aucun doute. On est ici face à un produit beaucoup plus doux.
Alors oui, il y a toujours de la banane mais, déjà, les fruits secs et les fruits à coques se dévoilent.
C’est paradoxal de dire ça pour le nez mais le produit est assez « crémeux ».
On repère directement la patte Worthy Park même si le finish est très présent.
On va retrouver de fines épices (cannelle, poivre léger) ainsi qu’un boisé « beurré » (amis des nouveaux concepts, bonjour !). on notera également un petit côté plus herbacé (pas juste végétal donc) assez aromatique.
L’aération faisant son œuvre, on se trouvera face à des fruits secs et des fruits à coque mais aussi un aspect plus connoté rancio, dans une moindre mesure. Tout ça va aller crescendo avec des notes plus typées jam’ en arrière-plan.
À noter qu’en cherchant bien, on peut relever quelques touches plus « caramélisées ».
Très honnêtement, c’est bien fait.

L’impression du nez se confirme en bouche avec un produit crémeux qui se fera toutefois beaucoup plus épicé (le poivre s’en donne à cœur joie), plus toasté voire astringent, avec quelques notes de rancio sur fond de bananes séchées accompagnées de fruits à coque.
Le boisé sera donc bien plus présent ici qu’au nez et le côté jamaïcain du produit va s’éclipser pour mieux se planquer en embuscade avec des notes de bananes épicées relevées d’un fin solvant.

À la rétro-olfaction, on conserve ce côté bois toasté « crémeux » sur les fruits à coques épicés.
Et, toujours, ces notes de bananes séchées qui font la fête en arrière-plan.

La finale, relativement longue, prend le contrepied de l’aspect crémeux ressenti jusqu’ici avec de belles notes boisées auxquelles viennent s’accrocher des épices de tout bord, poivre en tête, et des fruits secs et à coque.
À nouveau, le coté jamaïcain du produit passe au second plan mais aucun doute ne sera possible en fin de dégustation : les fruits murs vont faire leur retour ainsi que de fines notes de solvant. Le tout restera assez boisé.

Ben miam aussi en fait !
J’en suis même venu à me dire en fin de dégust’ que voilà, enfin, j’ai trouvé un chouette rhum avec un finish sherry qui n’écrase pas trop le produit. Ou alors c’est juste que ça marche bien avec les jamaïcains.

Je suppose qu’on va me taxer de favoritisme mais je m’en fiche parce que c’est pas vrai d’abord (la preuve avec celui qui suit).

Worthy Park – Cask Selection Series #4 – Madeira – 2013-2018 – 58% :

Ici aussi il va falloir courir pour en chopper une parce que seules 677 bouteilles ont été produites.

Worthy Park – Cask Selection Series #4 – Madeira – 2013-2018 – 58%
Worthy Park Force Bleue !
Au visuel, si ce n’est l’étiquette de la bouteille, ça ne change pas beaucoup dans le verre hein (robe orangée à reflets dorés intenses donc).

Le nez se fait, d’emblée, plus acidulé, plus vineux, avec un petit côté pâtissier (amande notamment) plus Worthy Park en fait.
On y trouvera de fines épices douces relativement agréables.
En parlant de douceur, on relèvera que le produit se révèle relativement doux malgré le voltage, ce qui est fort bien.
On va ensuite avoir droit à des notes boisées gourmandes ainsi qu’à quelques notes florales.
À noter qu’un fin fruité (limite sur les fruits rouges) est également de la partie.
Alors non, la claque jam’ n’est pas là mais la patte Worthy Park bien (plus que sur le finish sherry même).
Avec le temps, vont arriver les fruits à coques et l’une ou l’autre touche mentholée, ce qui lui donnera à la fois corps et fraîcheur.
On repartira ensuite sur les notes vineuses, légèrement acidulées et pâtissières perçues d’entrée.

En bouche, on les sent les 58% et ces derniers sont soutenus par des épices bien présentes (poivre en tête) ainsi que par ce petit côté pâtissier relevé au nez accompagné de fruits à coques (ceux-là aussi se font plus présents) et de notes de « vin cuit ».
L’ensemble restera relativement puissant tout du long.
Si on veut vraiment retrouver une petite touche jamaïcaine, en cherchant bien (mais vraiment bien), on pourra relever quelques notes de bananes en fond (profondément enfuies). Bref le finish Madère écrase pas mal les caractéristiques jamaïcaines typiques du produit.

La rétro-olfaction fait la part belle aux épices, au bois toasté (surtout) et aux fruits à coques.
C’est chaud (tiens donc) et, ici, on va avoir droit à quelques notes sous-jacentes de fruits exotiques et de bananes fraiches.

Enfin, la finale nous renverra en Jamaïque avec de la banane verte qui va doucement mais surement se faire plus caramélisée, voire plus toastée, accompagnée à la fois d’épices douces et plus puissantes (poivre notamment … pour les épices douces, j’ai pas noté … Pas bien …) ainsi que quelques notes de solvant.
C’est hyper long au fait.
On va ensuite y retrouver un petit côté vineux/acidulé fruité ainsi que quelques notes plus florales.
In fine, on aura droit de petites notes de rancio.

Ici, j’ai clairement été moins conquis par le nez et l’entrée de bouche (un rien violent si vous voyez ce que je veux dire).
Par contre, la suite nous renvoie doucement en Jamaïque ce qui est plus sympa.
Bref, ce n’est pas mon préféré (mais je finirai le sample avec plaisir hein, pas d’inquiétude).
Notez bien, déjà à Spa, le Marsala surclassait le Madère ;-)

On termine doucement notre folle dégustation avec le petit dernier :

Worthy Park – Cask Selection Series #5 – Port – 2008-2018 – 56% :

On gagne cinq ans, on perd 2% de titrage alcoolique et la quantité de bouteilles disponibles sur le marché diminue encore vu que seules 585 chanceux pourront s’en offrir une.

Worthy Park – Cask Selection Series #5 – Port – 2008-2018 – 56%
Ici, tout s’assombrit, le rhum, l’étiquette (et, non, je n’ai rien d’autre à dire mais je tiens aux légendes sous mes photos ^^’)
Les quelques années de plus passées en fût lui ont donné une couleur plus intense. On est donc face à un rhum à la robe cuivrée et aux reflets orangés.

L’alcool est toujours super bien intégré, aucune agression au nez.
C’est gourmand et pas nécessairement plus boisé malgré les cinq ans de fût en plus.
On va conserver le côté pâtissier et finement acidulé propre à Worthy Park avec du fruit noir en plu.
Ce truc est un gros dessert en fait ^^ Il y a du pruneau (qui a dit La favorite :p), de la vanille (si), quelques touches plus caramélisées … pâtissier-vanille-caramel … crème brûlée ? ^^’ … Un gros dessert je vous dis :-D
Et malgré tout, l’ensemble reste relativement vineux mais c’est hyper agréable.
En cherchant bien on peut trouver un peu de banane et de grenade mais il faut creuser.
De fines touches mentholées vont permettre de gagner en fraicheur.

Contrairement au finish Madère, l’alcool est ici beaucoup plus agréable en bouche.
On relèvera des notes vineuses (encore), légèrement astringentes avec un beau boisé fruité (sur les fruits noirs toujours) ainsi qu’une certaine sucrosité sous-jacente.
On gagnera une certaine fraicheur herbacée avant de retrouver quelques notes toastées et des fruits exotiques bien fondus dans ces notes boisées.
À noter qu’ici le côté solvant propre à certains jamaïcains n’est pas des plus présent. En fait, on aurait plutôt droit à un petit « gasoil » Caroni type assez étonnant qui va se couvrir de fruits. C’est assez « miam » en fait :-)

La rétro-olfaction nous permettra de retrouver ces arômes caractéristiques de chez Worthy Park en conservant ce boisé toasté relevé en bouche, légèrement épicé et herbacé avec une certaine fraîcheur mentholée.
Ça parait assez constant mais la banane va ici revenir en force (et pas qu’un peu hein !) ; la Worthy Park’s touch quoi.

La finale est – comme de règle – longue et va nous offrir ces notes boisées si particulières accompagnées de fruits noirs tendant, in fine, vers les fruits exotiques (banane encore) agrémentés d’épices.
Et là, derrière, toujours cette fraicheur mentholée.

Ah ben c’est miam aussi tiens ça :-D
Ici, le finish est complètement fondu au rhum. C’et hyper déstabilisant mais super bon. C’est totalement différent du sherry finish mais tout aussi chouette.

Un bon 3/4 en fait, pas mal du tout !

Petit classement purement subjectif ?

1. Virgin Oak (bah oui, j’aime quand ça suinte la Jamaïque hein)
2. ex-aequo Sherry et Port (avec un léger avantage pour le sherry peut-être … difficile à départager, vraiment)
4. Madeira

Je n’ai qu’une chose à dire : Good Job Joshua !

Vivement la prochaine salve !


Rhum n’ Whisky

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire