mercredi 9 janvier 2019

Collection de finitions en fût de grand-père …


Voilà ce qui arrive quand on laisse la magie de Google opérer sans trop réfléchir ^^

Tout ça pour dire que ces derniers jours, le Belgium Rhum Club avait décidé de se pencher sur une destination on ne peut plus attrayante d’un point de vue fiscal exotique : le Panama !
Oui, Panama au sens large parce que niveau distillerie, c’est léger hein, on a vite fait le décompte …

Bref, l’occasion m’était donnée de plonger dans mes samples (et encore, je n’ai pas eu le temps de tout tester. Ça m’aurait bien arrangé mais bon, c’est déjà ça de goûté et, parfois, vidé).

Histoire de ne pas vous pondre une brique, on va un peu splitter la chose avec une première partie centrée sur la collection « Cask Finish » de chez Abuelo (c’est bon, vous avez le titre là ?) avant de passer aux divers embouteillages indépendants dégustés pour l’occasion.

C’est parti !

Abuelo – 15 ans – Napoleon Cognac cask finish – 40% :

Abuelo – 15 ans – Napoleon Cognac cask finish – 40%     Abuelo – 15 ans – Napoleon Cognac cask finish – 40%
Bon, on va directement mettre les choses au clair : à part un code couleur sur la bouteille, c’est toujours la même chose niveau packaging …

De couleur ambrée, ses reflets sont orangés, limite cuivrés.

Le nez est relativement doux même si on pourrait penser qu’il y a quand même plus que 40%.
C’est fruité (sur l’orange), le caramel est assez fin (ce qui ne gâche rien), les fruits à coques sont présents en nombre et le boisé est agréable.
Les épices vont se développer au fur et à mesure (vanille, légères notes poivrées, épices douces, …) et un fin côté tabac froid va entrer en jeu.
Sympa, vraiment.

En bouche, c’est doux, relativement sucré (caramélisé, oui), un rien toasté mais ça va surtout conserver cet aspect tabac perçu en bouche ainsi que quelques épices.
Des notes mentholées et fruitées (orange) compléteront l’ensemble.

La rétro-olfaction s’ouvre sur un côté mentholé, épicé et très doux accompagnés de fruits à coques et de notes de tabac.

La finale est moyenne, douce et sucrée, un rien toastée et va rester sur ces notes de fruits à coque, de menthol sucré avec quelques touches d’orange sous-jacentes ainsi que sur cet aspect tabac.

Le nez était prometteur, le reste retombe un peu mais ça reste pas mal pour un panaméen.

Abuelo – 15 ans – Tawny Port cask finish – 40% :

NB : petite dose donc petit retour (mais c’est suffisant, rassurez-vous)

Abuelo – 15 ans – Tawny Port cask finish – 40%      Abuelo – 15 ans – Tawny Port cask finish – 40%
… du coup, on pourrait se concentrer sur la couleur du liquide mais ça ne va pas amener de grands sujets de conversation non plus …

Ici, on fonce : on part sur un cuivre profond à reflets orangés intenses.

Le nez, d’entrée, est on ne peut plus étonnant : c’est floral (watzefuk comme dirait l’autre …) et j’en viens même à me demander s’il n’y a pas  eu erreur de samples, même si ça reste toujours très doux, tellement je m’attendais à autre chose (genre boisé, caramel, fruits secs quoi).
Pour ceux que ça inquiète, ça va évoluer : ces notes particulières un rien alcooleuses vont passer sur de fines notes de tabac et de légers fruits à coque (avec une touche vineuse peut être ? Ou c’est juste moi qui ai envie de la trouver là ? … Bonne question).
Enfin, on évoluera plus vers des notes typées porto (fruits à coques, notes vineuses, boisé, épices … aaaah, enfin !) malgré cet aspect floral en arrière-plan.
Pourtant il avait déjà été bien aéré dans mon sample celui-là.

En bouche, c’est toujours très doux, sur des notes caramélisées et vanillées avant que les fruits secs, les notes vineuses et une touche de tabac (certes moins présente que dans la version cognac) ne se manifestent pour laisser la part belle aux fruits à coque.
Ces notes plus orientées porto vont aller en s’intensifiant (et rendre l’ensemble un rien plus sec … pour autant qu’on puisse dire ça comme ça) accompagnées d’épices.

La rétro-olfaction sera très gourmande sur ce côté porto hyper prononcé (fruits à coques, fruits secs, notes vineuses) avec une touche caramélisée toastée.
Miam en fait !

La finale est moyenne, sur ce côté porto accompagné de fines épices et d’un côté caramel toasté agréable.

Certes, le début est déstabilisant (sérieux, le nez quoi) mais après, j’ai kiffé ^^
En fait, il faudrait le nez du cognac et la suite de celui-ci :-D
Alors non, ce n’est pas révolutionnaire, c’est assez constant mais j’aime bien (je trouve que le finish porto marche bien en général avec le rhum, remember le Worthy Park).

Abuelo – 15 ans – Oloroso – Sherry cask finish – 40 % :

Abuelo – 15 ans – Oloroso – Sherry cask finish – 40 %     Abuelo – 15 ans – Oloroso – Sherry cask finish – 40 %
… je sais, qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour arriver à mettre une légende sous une photo ^^’

Au visuel, c’est sensiblement pareil que le précédent : cuivré à reflets orangés.

D’emblée, le finish se fait sentir au nez avec des notes de rancio bien typées. Derrière, on trouvera de la vanille et du caramel mais également des fruits noirs.
On notera également un fin côté mentholé qui accompagne un aspect plus orienté vers le tabac et l’orange.
C’est différent. Ça reste assez sucré mais c’est pas mal.
Par la suite, le tabac et le rancio vont dominer avec un côté sucré plus typé pruneau (si …. !) et fruits secs.

Malheureusement, en bouche, c’est hyper sucré ! Vanille, caramel, orange puis, heureusement, arrive le versant finish du produit qui tente de sauver les meubles : épices, notes toastées et légèrement astringentes, rancio, tabac … c’est largement mieux mais l’entrée de bouche est too much. Vraiment.

Niveau rétro-olfaction, c’est toasté, épicé, sur des notes de tabacs et d’oranges caramélisées toujours très sucrées. Un petit côté fruits à coque et rancio relève un peu la chose.

La finale, moyenne, va retrouver ces notes de fruits noirs perçues au nez, un peu de rancio et … ce caramel vanillé finalement trop présent.

Dommage, il laissait présager de belles choses au nez mais se révèle malgré tout bien trop sucré.
Moins sucré, il aurait pu disputer la première place au Port Cask mais non en fait.
Le côté sucré de la version cognac me parait même mieux intégrée.


Rhum n’ Whisky

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire